Dans un contexte actuel particulièrement difficile, le monde du Cycle s’en sort plutôt pas mal et les marques proposent toujours des produits aussi innovants, tout en se creusant la tête pour trouver le nouvel argument commercial qui va bien. Ainsi, chez BH, on sort un Xtep Carbon aux lignes plus harmonieuses, alors que Rotwild propose un nouveau concept avec les RE et RX 375 et que le fabricant de moto espagnol GasGas débarque sur le marché du VTTAE… Petit coup d’œil sur toutes ces nouveautés.

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes


 

 

BH Xtep Carbon

Si le BH Atom X que nous avions essayé l’été dernier nous avait plutôt emballé, son look un peu particulier, avec un tube diagonal fortement déporté vers l’arrière, en avait gêné plus d’un… Aujourd’hui, avec le Xtep, si la marque espagnole n’a en rien abandonné son désir de recentrer les masses supplémentaires de la batterie et du moteur au plus près du boîtier de pédalier, elle le fait avec davantage d’harmonie.

Le look est bien plus harmonieux et le design de chaque partie du cadre en carbone est beaucoup plus réussi. Ainsi, on trouve un serrage de tige de selle et un porte-bidon intégrés, un axe de la suspension Split Pivot surdimensionné, un passage de la câblerie très discret complètement revu, des points de pivot du triangle arrière masqués et… une batterie incurvée qui s’extrait toujours par le haut du top tube après l’avoir déverrouillée grâce à un bracelet magnétique. Tout cela pour un poids nu de 2,2 kg. Pas mal !

140 et 160 mm de débattement

Sur la base du cadre Xtep, annoncé comme encore plus solide et plus rigide (36 % par rapport à l’ancien), on trouve deux versions différentes, le Lynx 5.5 en 140 et le Lynx 6 en 160.

Disponibles en cinq couleurs au choix, les deux Lynx 5.5 sont annoncés à un tarif de 6999 et 7799 euros, alors que pour les trois modèles en 160 mm, il vous en coûtera 7199, 7799 ou 8799 euros en fonction des différents composants. Le cadre et la batterie de 720 Wh restant bien évidemment les mêmes sur chaque Xtep de la gamme, tous équipés de roues de 29 pouces à l’avant comme à l’arrière.

Enfin, précisons que pour cette nouvelle mouture de leur VTTAE haut de gamme, BH a choisi une motorisation Shimano, avec le nouveau EP8 que l’on annonce plus coupleux, plus léger et plus silencieux… Une combinaison intéressante.

 

Gamme VTTAE GasGas

Bon, on ne va pas se mentir, l’arrivée de la marque GasGas dans le monde du VTTAE n’a rien de révolutionnaire. Dans la réalisation, d’abord, puisque les cadres, les composants, la motorisation Yamaha, les roues dépareillées (29/27,5) et même les tarifs sont identiques à ceux de la gamme R Raymon, le TrailRay d’Enduro en tête…

Le concept en lui-même n’est pas très original non plus. En effet, depuis le rachat de GasGas par le groupe KTM, Stefan Peirer, grand patron de Pierer E-Mobility, a décidé de rajouter des VTTAE de la marque espagnole à son catalogue qui compte déjà – outre R Raymon – les vélos à assistances électriques Husqvarna.

Et comme c’est le cas depuis un an dans le domaine de la moto tout-terrain – où les GasGas sont en fait des KTM déguisées – en ce qui concerne les vélos, on s’est contenté simplement de repeindre les cadres R Raymon en rouge et blanc !

Mais ce n’est pas la seule similitude, puisque la distribution de ces VTTAE se fera apparemment uniquement par le biais des concessions moto.

Ce qui, à mon avis, n’est pas une mauvaise idée, puisque le nom de GasGas parle nettement plus aux amateurs de deux-roues à moteur qu’aux spécialistes du vélo… De là à imaginer que ces VTTAE pourraient trouver leur public auprès de la clientèle des motards, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas. Les passerelles entre les deux milieux, si elles peuvent paraître évidentes, n’en demeurent pas moins bien frêles. La marque GasGas possède-t-elle un avenir dans le vélo à assistance électrique ? Seul l’avenir nous le dira ! A ce titre, on parle d’un premier arrivage des modèles Enduro Cross, Trail Cross (All Mountain) et Cross Country (semi-rigide) dans les magasins de motos pour le printemps 2021.

 

 

Rotwild RE et RX 375

Chez la plupart des constructeurs, on bosse pour trouver des solutions et apporter des nouveautés intéressantes sur le marché du VTT à assistance électrique. C’est le cas avec ces deux modèles de chez Rotwild, le RE 375 d’enduro en 170/160 de débattement et le RX 375, plus All Mountain, en 150.

 

L’originalité des deux vélos réside dans le fait que c’est la première fois qu’un constructeur propose un VTTAE aussi léger (autour de 19 kilos) équipé d’un moteur de 85 Nm, en l’occurrence, le Shimano EP8… L’autre particularité (il faut bien gagner du poids quelque part !), c’est le montage d’une batterie de 375 Wh seulement. En réduisant l’embonpoint de ces deux modèles RE et RX et en jouant sur la nervosité et le dynamisme, Rotwild compte bien prouver qu’il est désormais possible de disposer d’un VTTAE au comportement proche d’un vélo sans assistance – tout en ayant suffisamment d’autonomie pour effectuer au moins deux heures de roulage et plus de 1000 m de dénivelé positif…

Seul dans sa catégorie

Le Rotwild RX 375 se place donc en concurrent direct des Specialized Turbo Levo SL et Orbea Rise, tout en proposant – non pas une assistance légère -, mais bien 100 % des performances disponibles sur le nouveau moteur Shimano EP8. Sur le papier, c’est assez bluffant. Sur le terrain, ça reste à vérifier…

Quant au RE d’enduro, forcément plus lourd avec des pneus plus costauds, il est pour l’instant le seul dans sa catégorie et je dois avouer que j’ai bougrement envie d’en faire le test…

Certains médias ayant déjà eu l’occasion de réaliser une prise en main, j’attends donc impatiemment des nouvelles de Race Company, le nouveau distributeur pour la France. Les gars, la balle est dans votre camp ! 😉

Article lu 9 961 fois. Merci !