Ça cherche, ça cherche, chez les constructeurs au niveau de l’intégration et du design… La preuve, avec le Ransom eRide, premier véritable VTTAE d’Enduro/Freeride chez Scott au look ravageur et équipé d’une géométrie modulable, mais aussi avec le poste de pilotage Koryak de chez Pro VTT qui intègre un écran de contrôle Shimano et le BH Xtep à l’architecture de cadre très particulière. Petit focus sur ces trois dernières nouveautés.

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes


 

Scott Ransom eRide

Bien sûr, il y a déjà moyen de faire beaucoup de choses au guidon du Genius eRide… Mais c’est justement parce que ce vélo est d’une polyvalence assez extraordinaire (verdict imminent sur VTTAE.fr) que nous attendions avec impatience un modèle plus radical dans la gamme des VTTAE Scott. Et avec le Ransom eRide, nous sommes enfin servis !

Plébiscité dans la plupart des essais depuis sa sortie, le nouveau Ransom n’attendait plus que sa déclinaison en version à assistance électrique… Scott s’est donc attelé au projet en s’appuyant sur les qualités phénoménales du modèle musculaire (géométrie modulable, roues de 29 pouces, polyvalence, 180 mm de débattement AV et AR), en y ajoutant une motorisation Bosch Performance Line CX Gen4 alimenté par une batterie démontable de 625 Wh.

Voici donc le premier VTTAE signé Scott sur le segment Enduro/Freeride. Et si l’idée est de disposer d’un vélo aussi efficace et amusant à piloter que la version sans moteur, la présence de celui-ci a incité la marque suisse à repenser légèrement la géométrie pour que le Ransom eRide soit également apte à gravir les sentiers les plus techniques. Pour cela, le tube de selle a été redressé, les masses recentrées au maximum et la cinématique de la suspension arrière retravaillée spécifiquement pour convenir à une pratique e-bike engagée en descente comme en montée. Sur le papier, c’est alléchant !

Le vélo est disponible en deux versions, le 910 à 6999 euros, équipé d’une fourche Fox Performance 38, d’une transmission Sram XO1 et de freins Shimano XT, et le 920 à 5 499 euros où l’on trouve une RockShox ZEB et des composants un peu moins haut de gamme. À noter que les deux Ransom sont pour l’instant uniquement disponibles avec un cadre en aluminium, mais il y a fort à parier qu’une version avec un triangle avant en carbone apparaisse au catalogue prochainement…

En attendant, on se contentera amplement de l’un des deux modèles en alu pour un prochain test !

 

 

Pro Koryak e-Performance

Le nouveau cintre Pro VTT Koryak e-Performance (distribué par Shimano) est le premier poste de pilotage qui intègre à la fois un cintre, une potence et des poignées caoutchouc, tout en étant prêt à accueillir un écran de contrôle Shimano dans une petite cavité adaptée.

Le cintre s’adresse spécifiquement aux utilisateurs qui cherchent à améliorer leur VTTAE pour de meilleures performances et davantage d’ergonomie. Le poste de pilotage Koryak e-Performance dispose d’une zone renfoncée pour loger de manière sécurisée l’écran de contrôle du système Shimano Steps, tout en offrant une vision claire en un seul coup d’œil sur les données affichées par l’écran. L’aspect performance vient de sa construction légère en carbone et par sa forme qui offre un routage interne des câbles et un savant dosage entre confort et rigidité.

Le cintre e-Performance intègre une potence de 60 mm de long et mesure 800 mm, avec un cintrage de 11° et un relevé de 20 mm pour un meilleur contrôle et réduire la pression sur les mains.

Ce poste de pilotage peut convenir à tous les écrans des systèmes Shimano (Steps E7000 et E8000) et est livré avec des grips profilés coordonnés à la forme des boutons de la commande gauche Shimano Steps E7000.

Sur le papier, c’est une bonne idée et une initiative qui semble heureuse… Mais à 499,99 euros le morceau, ce n’est tout de même pas donné ! Surtout si l’on part du principe qu’il faudra d’abord s’assurer sur le terrain si esthétique rime avec pratique et confort de pilotage.

 

 

BH Xtep

La gamme Xtep de chez BH s’appuie sur le concept X System qui permet de créer un cadre plus rigide en y logeant une batterie de 720 Wh spécifique et unique sur le marché des VTTAE équipés de la nouvelle motorisation Shimano EP8. La marque annonce ainsi une autonomie record pouvant aller jusqu’à 150 kilomètres…

Avec ses 140 mm de débattement à l’arrière, sa fourche de 150, des bases assez courtes pour un VTTAE équipé de roues de 29 pouces (454 mm) et un angle de fourche raisonnable de 67°, le Xtep se veut maniable, vif et polyvalent. De plus, le positionnement de la batterie très en arrière et au-dessus du moteur (comme sur l’AtomX essayé récemment sur VTTAE.fr), promet une légèreté de l’avant et une vivacité dignes d’un VTT sans assistance électrique…

Les nouveaux modèles tout-suspendus Xtep sont dotés de la technologie Split Pivot et son amortisseur monté “flottant”, qui, pour une plus grande efficacité, permet de dissocier les trois forces produites sur un VTT : le pédalage, le freinage et la suspension.

La batterie amovible s’enlève par le haut après avoir ouvert un verrou qui fonctionne grâce à un bracelet spécial livré avec chaque vélo et qui évite l’utilisation d’une clé. Ainsi, il est possible de recharger facilement la batterie en la laissant en place ou en l’emmenant chez soi.

La gamme Xtep se décline en cinq modèles, dont un semi-rigide à 4499 euros. Les quatre tout-suspendus Lynx 5.5 sont tous équipés d’un cadre en aluminium et affichés aux tarifs de 5499 € (Lynx 5.5 Pro-L), 5799 € (Lynx 5.5 Pro), 6299 € (Lynx 5.5 Pro-S) et 6999 € (Lynx 5.5 Pro-SE).

Article lu 11 086 fois. Merci !