Depuis quelques années, on ne s’endort pas chez la plupart des marques et ça cherche du côté des ingénieurs et des concepteurs. Chez Haibike, on n’est pas en reste non plus et ce XDURO AllMtn 3.0 au concept novateur en est la preuve. Alors, que vaut cette architecture de cadre particulières construite autour du nouveau moteur Bosch Gen4 ? Ce VTTAE polyvalent est-il efficace sur les terrains les plus exigeants ? Des questions auxquelles nous allons tenter de répondre…

 


Temps de lecture estimé : 12 minutes


 

 

Haibike XDURO AllMtn 3.0

Haibike XDURO AllMtn 3.0

  • Usage randonnée, All Mountain et Enduro léger
  • Roues de 29 pouces AV et 27,5+ AR
  • Débattement 160mm AV/AR
  • Cadre en aluminium 6061
  • Reach 430mm et Stack 643mm en taille M, offset de fourche 51mm
  • Moteur Bosch Perf. CX et batterie PT 625Wh (+Range Extender Powerpack de 500Wh)

  • Pneus 29×2.60 et 27,5×2.80
  • Tailles (S, M, L, XL)
  • 2 modèles à 4999 et 5499€
  • Prix du modèle testé : 4999€
  • Poids vérifié : 25,52kg (sans pédales, en taille M), Range Extender Powerpack 500 Wh (+2,56 kg)
  • Disponibilité immédiate
  • Fiche du vélo sur : www.haibike.com

 

Le Haibike XDURO AllMtn 3.0 démontre encore, s’il en était besoin, que la marque allemande est loin de s’endormir lorsque l’on parle d’innovations et de design…

 

Cadre et équipements

En effet, le cadre en aluminium 6061 de ce nouveau VTTAE est doté d’une architecture originale qui vise à baisser au maximum le centre de gravité en inclinant le moteur à 42° et ainsi pouvoir positionner la batterie intégrée le plus bas possible devant le moteur et non au-dessus.

De même, pour obtenir une finition soignée, Haibike a choisi d’intégrer complètement le passage de la câblerie dans le cadre. On appréciera aussi la belle peinture bleu métallisé.

Et puis pour un bike à moins de 5000 euros, l’équipement n’est pas pour autant au rabais, avec des freins Magura MT5 4 pistons et disques de 203 mm, des jantes Rodi tubeless ready en 30mm de largeur (AV) et 35mm (AR) et une transmission Sram SX Eagle 12 vitesses.

Sans oublier les composants Haibike habituels, comme la potence de 60mm, le jeu de direction et ses cales XXL, le cintre de 780mm, les moyeux, les manivelles, la tige de selle télescopique, les poignées lock-on ergonomiques et la selle spécifique e-bike.

 

Géométrie

 

Côté géométrie, on est à 75° d’angle de tube de selle et 65° d’angle de fourche, alors que les bases de 455mm et l’empattement de 1216mm – en taille M – laissent présager d’un vélo à la fois stable et relativement nerveux. Le XDURO AllMtn 3.0 propose également un triangle avant très sloping au reach assez court par rapport à la moyenne de ce que l’on trouve actuellement (430mm), mais qui offre en revanche un excellent dégagement au niveau du top tube.

De plus, avec sa roue avant de 29 pouces et sa roue arrière en 27,5+, le XDURO AllMtn 3.0 cherche à apporter de la stabilité et une bonne précision dans le maintien de la trajectoire, sans pour autant sacrifier le confort, la motricité et une certaine vivacité. A voir si tout cela se vérifie sur le terrain…

 

Suspension

Pour arriver à se maintenir en dessous des 5000 euros, Haibike a choisi de monter une fourche RockShox Yari RC de 160mm de débattement, alors qu’à l’arrière, on trouve un amortisseur RockShox Deluxe Select Plus…

La cinématique de suspensions restant quant à elle identique à ce que l’on trouve habituellement chez Haibike, c’est-à-dire un système à 4 points de pivots que j’avais déjà bien apprécié lors d’un test du modèle précédent. On note également que le côté esthétique n’a pas été négligé, avec, par exemple, les axes de pivot masqués dans le triangle arrière et la biellette.

 

Moteur et batterie

L’encombrement réduit et le côté à la fois compact et léger du nouveau moteur Bosch Performance Line CX Gen4 a permis à Haibike de modifier l’architecture de son triangle avant et de positionner la batterie PowerTube le plus bas possible. Ceci peut avoir une incidence sur la stabilité du vélo, mais aussi sur son comportement en montée quand on utilise le mode d’assistance au pédalage maximal.

Hormis cela, il est bon de souligner encore une fois les qualités du moteur Bosch et de son mode eMTB, qui permet d’en avoir toujours sous le pied quand il faut, sans pour autant taper trop dans la batterie quand ce n’est pas nécessaire.

Enfin, en plus de la batterie PowerTube de 625Wh intégrée dans le tube diagonal, en option, il est possible également d’installer facilement un Range Extender (accu supplémentaire) – en l’occurrence une PowerPack de 500Wh – à l’aide du Modular Rail System. Cela permet de faire passer l’autonomie à 1125 Wh et d’envisager de sacrées virées en VTTAE, de l’ordre des 2300m de dénivelé positif et d’une bonne centaine de kilomètres en mode eMTB… Ce qui, en tout-terrain, représente pas loin de 6 heures de selle !

Mais au niveau de l’autonomie, je tiens tout de même à préciser qu’avec les 625Wh d’origine, toujours pour un vététiste de 70 kilos, toujours en vrai tout-terrain et toujours en mode eMTB, on peut quand même envisager sans problème 1380m de D+, 60km et pas loin de 4 heures de ride… Déjà un bon programme, non ?

 

 

Sur le terrain

Qu’est-ce que donne ce Haibike XDURO AllMtn 3.0 sur notre terrain de jeu ?

Premier contact

Dès le départ, avec ses 25,50kg, force est de constater que le Haibike XDURO AllMtn 3.0 n’est pas particulièrement léger et lorsqu’il faut le soulever, on s’en aperçoit tout de suite… On parle ici d’un montage sans le Range Extender, évidemment, car sinon, le poids monte tout de suite à 28 kilos et là, c’est encore une autre paire de manches s’il faut pousser ou porter ! Seulement lorsque l’on utilise uniquement la batterie intégrée PowerTube de 625Wh qui descend au plus bas du tube diagonal, une fois sur le vélo, on ne sent quasiment plus les deux kilos supplémentaires… Y compris par rapport à certains modèles qui jouent dans la même catégorie et avouent moins de 23 kilos sur la balance. D’ailleurs, avec l’assistance sur “Off” ou quand on dépasse les 25km/h, le pédalage sur le plat reste plutôt facile et une fois lancé, ce n’est vraiment pas dur de maintenir une vitesse correcte.

De même, lors des évolutions un peu techniques sur ma première boucle test, bien qu’il faille légèrement exagérer le geste pour partir en wheeling ou faire un bunny-up, une fois que l’on a pris l’habitude, l’équilibre de l’ensemble m’a paru plutôt bon.

Enfin, au niveau des réglages, j’ai décidé dès le départ de favoriser l’onctuosité de la suspension arrière en choisissant un SAG à quasiment 30% d’enfoncement en statique. Cela convient bien au profil du vélo et – sauf erreur du pilote – les manivelles ne viennent quasiment jamais taper sur le sol.

Et pour terminer, compte tenu de la hauteur assez importante de la colonne de direction (120mm), j’ai choisi aussi d’enlever une des trois cales d’épaisseur sous la potence pour abaisser légèrement le poste de pilotage. Pour le reste, si besoin était, j’affinerais en fonction de mes sensations sur le terrain, mais pour l’instant, on ne devrait déjà pas être trop mal…

 

En action

Si la géométrie du bike et son concept particulier au niveau de l’abaissement maximum du centre de gravité semblent assez réussis, au départ, j’avoue avoir eu un peu de mal à m’adapter à l’angle du tube de selle… En effet, avec ses 75° et malgré une selle reculée à bloc sur son chariot, on est assis bien droit au-dessus du boîtier de pédalier, plutôt proche du guidon, peut-être même un peu trop. Et c’est un gars qui aime plutôt ce genre de position qui vous le dit ! Heureusement, après quelques dizaines de kilomètres, on s’y fait et finalement, ça passe très bien, surtout dans les montées difficiles. Du coup, on peut dire que le XDURO AllMtn 3.0 offre au pilote une bonne position de pédalage qui incite à appuyer sur les manivelles, tout en ayant le poids du buste bien au-dessus du poste de pilotage en montée.

Si l’on ajoute à cela une selle spécifique légèrement creusée où les fesses sont bien calées, on obtient forcément un VTTAE stable qui ne déleste pas de l’avant, même dans les passages très raides. Et comme le panachage 29/27,5+ du train roulant est assez cohérent sur ce vélo, on se retrouve vite très à l’aise pour envoyer en montée sur le mode eMTB et même en Turbo.

C’est aussi ça l’avantage d’avoir une grande roue à l’avant qui permet de survoler plus facilement les obstacles sans pour autant cabrer… alors que la roue arrière, d’un diamètre un peu moins important, mais avec un pneu plus volumineux en 2.80 (sur lequel on peut baisser davantage la pression), apporte une motricité et un confort très appréciables. Le vélo se comporte donc bien en montée, y compris lorsque l’on cherche la difficulté et que l’on commence à s’attaquer à des passages techniques avec de bons franchissements de marches, des pierriers ou de grosses racines. A ce moment-là, j’ai apprécié le côté stable et sain du bike, qui ne se dérobe quasiment jamais à l’accélération et sait rester bien en ligne dans la trajectoire que l’on a choisie… Bel équilibre, donc, pour ce concept avec batterie qui descend plus bas et moteur relevé de l’avant à 42°.

Dans les descentes, ce nouveau Haibike est particulièrement efficace, avec une maniabilité plus que convenable pour un VTTAE qui n’est pourtant des plus légers… Comme quoi, encore une fois, on peut vérifier que lorsque la géométrie est réussie et la répartition des masses cohérente, un ou deux kilos supplémentaires ne sont pas forcément un handicap. De plus, son système de suspension arrière en parfait accord avec l’amortisseur RockShox Deluxe lui donne un confort, une onctuosité et une progressivité largement au-dessus de la moyenne. C’est bien simple, je ne suis pas loin de penser que sur un vélo d’origine, c’est l’une des meilleures combinaisons que j’ai eu l’occasion de tester en 160mm de débattement… Franchement, il y a des moments, on dirait même presque qu’il y en a plus ! En revanche, j’ai eu plus de mal avec la fourche RockShox Yari RC, qui, du coup, tire un peu la langue pour être au niveau de la suspension arrière. En cherchant, je suis parvenu à trouver un compromis convenable, mais j’ai tout de même un peu galéré pour accorder correctement l’avant avec l’arrière

Au final, donc, pour un pilote de 70 kilos, c’est avec trois tokens et 80psi d’air dans le plongeur gauche, plus la détente ouverte au maximum moins deux clics, que j’ai obtenu (en ce qui me concerne) le meilleur résultat. Précisons également que j’ai mis 150psi dans l’amortisseur, avec la détente également ouverte au maximum, moins trois clics. Enfin, toujours au niveau des petites critiques, j’ajouterai que si la tige de selle télescopique fonctionne correctement, en revanche, la commande au pouce est vraiment mal foutue avec sa fâcheuse tendance à s’enfoncer vers le bas !

Mais autrement, ceci mis à part, quel régal de dévaler les pentes avec un VTT aussi stable, collé au sol – dans le bon sens du terme, on s’entend – et tout de même relativement vif dans les évolutions plus aériennes, comme les sauts, les bunny-ups ou les manualsMême s’il faut parfois accentuer légèrement le geste et tirer un peu plus, une fois que le bike est en place, l’équilibre est excellent. Vraiment une bonne surprise, d’autant plus que dans les petits virages et les sentiers plus étroits et moins rapides, le nouveau Haibike XDURO AllMtn 3.0 se faufile sans problème et tourne plutôt facilement sans avoir à forcer.

Quant au freinage, les Magura MT5 se sont montrés irréprochables, avec un comportement toujours régulier, de la progressivité et suffisamment de puissance pour le programme du vélo. Bref, j’ai aimé et mes potes testeurs qui ont eu l’occasion de rouler avec sur une sortie, aussi… Un VTTAE très polyvalent et au bon rapport qualité/prix que je conseillerais à un ami sans avoir peur de me fâcher avec lui !

 

 

Qu’en penser ?

Que même si les Allemands ont une pratique différente de la nôtre en mountain bike, cela ne les empêche pas d’essayer de concevoir des modèles capables de séduire les bikers les plus exigeants, les plus techniques. Que le XDURO AllMtn 3.0 se situe dans la lignée du SDURO Full Seven, un vélo que j’avais vraiment bien aimé l’an dernier, mais en plus élégant, plus performant, plus innovant… donc, au bout du compte, meilleur. Qu’il n’est pas forcément obligatoire d’avoir un VTTAE en dessous des 23 kilos pour s’envoler sur les sauts et survoler les obstacles. Qu’une bonne répartition des masses et une géométrie réussie parviennent à effacer une petite surcharge pondérale de l’engin. Que pour 4999 euros, on est en présence d’un sacré VTT.

Et qu’enfin, avec le Range Extender et sa batterie Powerpack de 500Wh supplémentaires, on atteint les 1125Wh, ce qui offre une autonomie extraordinaire aux amateurs de randonnées au long cours, avec quand même 108 bornes au programme qui s’affichent au compteur en mode Turbo ! Qui dit mieux ?

Bravo donc à Haibike, une marque qui fait partie des pionniers du VTTAE et qui – au risque de parfois s’égarer – continue néanmoins à chercher régulièrement des solutions pour faire progresser ses vélos, tout en faisant bouger les choses dans le milieu du VTT à assistance électrique.

 

 

Vis-à-vis de la concurrence ?

Dans la catégorie des all mountain à assistance électrique équipés d’une roue de 29 à l’avant et d’une de 27,5 + à l’arrière, on pense immédiatement au Fantic XF1, un peu moins lourd, mais pas forcément plus maniable. Au Merida E-One Sixty, également, que j’ai pu essayer à l’occasion du comparatif moteurs, mais dont la version haut de gamme en carbone est difficilement comparable avec le Haibike qui coûte deux fois moins cher… Dans un registre différent, impossible de ne pas noter non plus des similitudes de philosophie entre les (cousins) XDURO AllMtn et le Lapierre GLP2 à 5999 euros. Même souci de rabaisser le centre de gravité au maximum, même originalité dans l’architecture du cadre et le positionnement de la batterie… Mais malheureusement pas le même poids sur la balance !

Et enfin, chez Haibike également, mais avec la motorisation maison FLYON, le XDURO AllMtn 5.0 FLYON à 5999 euros peut représenter une alternative pour ceux qui recherchent davantage de couple et de puissance en montée, sans se soucier pour autant de quelques kilos supplémentaires et d’une autonomie réduite.

 

La gamme

S’il n’y a qu’un seul autre modèle du même type dans la catégorie très polyvalente des all mountain 150 – le XDURO AllMtn 3.5 à 5499 euros – il en existe également trois autres avec la même architecture de cadre pour une pratique encore plus engagée… Il s’agit des NDURO LT. Avec tout ça, il y a largement de quoi trouver son bonheur !

Article lu 23 624 fois. Merci !