Multiple vainqueur de la Transvésubienne à VTT, notre rédactrice Nadine Sapin reviens sur son aventure 2019 à VTTAE. Finisher avec une 5ème place scratch à l’arrivée (excusez du peu…), voici son compte-rendu de l’épreuve qui s’est déroulée mi mai dernier, sous une météo capricieuse…

 


Temps de lecture estimé : 5 minutes – Photos : Inovphoto


 

 

La Transvésubienne n’est pas une course comme les autres. L’engagement physique, technique et mécanique est important déjà quand toutes les conditions sont optimales mais quand la météo complique et durcit la course du départ à l’arrivée, c’est encore une autre histoire. Et cette année, la météo n’était pas au rendez-vous !

Pourtant l’organisation avait tout prévu avec une première moitié de parcours montagneuse de La Colmiane à Pont de Cros qui ne nécessitait pas forcément une grosse gestion de la 1ère batterie et une deuxième moitié de Pont de Cros à Nice pour laquelle la gestion serait par contre primordiale ! Le parcours s’annonçait aussi plus roulant sans poussages/portables infernaux en ebike (excepté celui du Brec d’Utelle), des montées techniques franchissables en selle avec un peu de technique et surtout de belles et longues descentes !

 

 

Le prologue

Le samedi après-midi après avoir récupéré les plaques et fait contrôler les VTTAE, se disputait le prologue qui permettait d’obtenir une bonne place sur la ligne de départ le lendemain et de gagner (ou perdre) quelques minutes ou secondes pour le classement général de la course.

Le départ est donné de la station de La Colmiane et l’arrivée se situait dans la vallée au petit village de St Martin de Vésubie. Les VTTAE partaient sur 2 vagues juste après les VTT.

Après une centaine de mètres, une  montée sèche (100m de dénivelé) sur une piste de ski permettait d’étaler le peloton avant de basculer sur un single jusqu’à St Martin 700m de dénivelé plus bas.

Je me lance dans la 2ème vague. En bas de la grande montée, je me trouve derrière le peloton de tête et toute étonnée, j’ai l’impression que je peux aller plus vite… Nous sommes tous en mode Turbo ou Boost, loin des 25km/h mais je sens que je peux accélérer ma cadence de pédalage, encore appuyer sur les pédales, faire monter mon rythme cardiaque et peut être grappiller quelques places. Du coup, je me décale sur la gauche et j’attaque mon ascension.

Mon Lapierre Overvolt AMi Team me soutient et je double finalement tout le monde et je bascule en tête dans la descente. Bon, je n’ai pas tardé à mettre mon clignotant pour laisser passer les énervés en descente mais c’était ma petite victoire perso. Avantage du moteur, du bike, du poids, de la puissance, de la cadence de pédalage et/ ou de l’entrainement… chacun peut donner une explication mais peu m’importe, j’ai bien rigolé.  Et voilà, cette petite scène en image avec la vidéo de François Dola !

 

 

Au final, à ce petit jeu, c’est Yann Girard le local qui remporte le prologue dans la catégorie VTTAE.

 

 

La course

Le dimanche matin juste avant le départ, les organisateurs ont annoncé un changement de parcours sur la fin du tracé compte tenu de cette maudite météo : suppression du sommet du Mont Chauve et de la descente du Paillon. Cette nouvelle a rassuré du coup un peu les pilotes car la gestion de la batterie sera peut être plus souple pour cette partie (“peut être”).

Mais finalement, le (grand) froid et les conditions de roulage ont fait augmenter nettement la consommation notamment au petit matin. Ceux qui ont abusé de l’assistance sur les premiers kilomètres de course s’en sont un peu mordus les doigts avant le 1er changement de batterie.

 

 

En effet, en plus du froid, une pluie fine et continue accompagne les coureurs jusqu’à Pont de Cros ce qui a rendu le terrain glissant. Le manque d’adhérence complique du coup le pilotage en montée ce qui modifie la consommation et est d’autant plus physique. Il fallait également rester attentif car la glissade pouvait arriver à tout moment en descente. De même, le mauvais choix de pneus a vite pénalisé certains coureurs surtout en VTTAE par manque d’accroche, bourrage des pneus et bien sûr crevaison. Le terrain de la Transvésubienne est vraiment impitoyable !

Pour la deuxième partie, de Pont de Cros à Nice, la pluie s’est calmée. Il faisait déjà plus doux mais la course était loin d’être terminée bien que raccourcie. En effet, le terrain est devenu un peu collant mais restait glissant. Ce mixte s’est rendu  énergivore et le pilotage n’était pas évident.

 

 

L’arrivée s’est faite sans assistance pour la plupart mais quoi qu’il arrive la satisfaction de passer la ligne d’arrivée est toujours plus grande que la difficulté de la course. C’est d’ailleurs la magie de cette course !

 

 

 

Les résultats

C’est un podium 100% Moustache/Bosch pour les 3 premiers avec le talentueux Jérôme Gilloux 1er (Eteam Mavic la Roue Libre), l’infatigable master François Dola (Eteam Mavic la Roue Libre) 2ème et le tenace Yann Girard (Loisibike) 3ème. Mehdi Gabrillargues (Team Husqvarna), revenu spécialement de Tahiti, monte sur la 4ème marche du podium. Enfin à ma grande surprise, je viens placer mon Overvolt AMi Team à la 5ème place scratch !

 

 

Sur les 40 engagés, 26 pilotes dont 2 femmes rallient la Colmiane à Nice en VTTAE !  La Transvésubienne n’est pas une simple rando mais une vraie course à la quelle faut se préparer pour pouvoir en profiter, la savourer ! Toutefois, c’est loin d’être insurmontable alors lancez vous le défi en VTTAE l’année prochaine !

Et on connait déjà la date pour 2020 : réservez votre week-end des 30-31 mai 2020 !

“Only the Brave” !

 

 

La vidéo officielle de la Transvesubienne 2019

Article lu 1 086 fois. Merci !