Après un automne de lancement, le site VTTAE.fr franchit un nouveau pallier. Le temps pour la Rédaction de mettre la main sur des vélos tant convoités, et voici qu’arrivent les conclusions des premiers essais !

Sous forme de match, dans un premier temps. Pour couvrir de manière exhaustive le marché électrique d’une part. Pour cerner plus aisément les produits, au jeu du comparatif direct, ensuite.

Ce premier duel oppose donc deux visions fortes de la pratique VTTAE. Entre ostentation et sobriété. Émancipation et fidélité. Abondance et simplicité. Duel à couteaux tirés : Haibike SDURO AllMtn 6.0 vs Specialized Turbo Levo FSR CE 6Fattie !

 


Temps de lecture estimé : 15 minutes


 

 

La cible

Ce premier match VTTAE.fr se place nécessairement au carrefour des tendances. Entre randonnée paisible et action endiablée. Sur cette pratique All Mountain à laquelle on prête la plus grande polyvalence. Couvrir de la distance et se dépenser, pour peu qu’une bonne part de sentiers ludiques et joueurs fassent partie du programme.

Côté prix, le marché semble s’organiser d’une certaine manière. Pour les modèles tout-suspendus qui nous intéressent ici, la barre des 4000€ est un repère. Le seuil autour duquel certaines gammes débutent tout juste. La barre où d’autres proposent enfin la plupart des standards et équipements que l’on puisse attendre de telles montures.

 

 

Les protagonistes

Haibike SDURO AllMtn 6.0 vs Specialized Turbo Levo FSR CE 6Fattie. Un duel entre deux marques fortes du marché VTT à assistance électrique. L’une parce qu’elle a su se positionner très tôt sur ce nouveau segment. L’autre parce qu’elle a su se positionner plus tôt encore : sur la pratique du VTT à ses grands débuts, tout simplement.

 

Haibike

SDURO AllMtn 6.0

3699 euros
23,720 kg (vérifié, sans pédales, taille L, pneus avec Chambres à air)

Lorsque la tendance des VTTAE a émergé, la marque Haibike a pris très au sérieux le phénomène. Au point d’avoir une des gammes les plus complètes du marché. Près d’une trentaine de modèles, couvrant toutes les pratiques VTT. Le double, si l’on compte que la plupart sont déclinés en deux motorisations : XDURO équipés Bosch, SDURO équipés Yamaha.

Ici, c’est la version SDuro (Yamaha) du AllMtn qui nous intéresse. Le cadre en aluminium hydroformé, âme du vélo, mise sur un principe éprouvé par la marque. Une suspension avec un beau débattement pour la catégorie (150mm), et une cinématique à point de pivot virtuel qui donne tout son caractère au vélo.

Le niveau de gamme 6.0 relève le défi pour se placer sous la barre des 4000€, et de quelle manière ! Même 300€ sous la cible, le montage est full option. À chaque poste, un composant dans la tendance du moment. Jugeons plutôt…

 

Specialized

Turbo Levo FSR CE 6Fattie

3999 euros
22,800 kg (vérifié, sans pédales, taille L, un pneu en chambre, l’autre tubeless)

De son côté, Specialized n’est pas en reste. La marque a observé les débuts du VTTAE avant de se lancer. Puis, elle a fait partie des premières majors à s’exprimer. De quelle manière ! Ce Turbo Levo FSR s’inspire toujours du cadre présenté dès les débuts des Californiens en la matière. Et pour cause ! Il a été l’un des tous premiers à se pencher sur le principe d’intégration, autour d’une motorisation Brose largement customisée au goût de la marque…

Un principe fort. Une discrétion que l’on retrouve sur l’ensemble de la gamme Turbo Levo FSR, dont le modèle à l’essai ici est le plus accessible financièrement. Un peu comme le premier prix d’une gamme de voitures sportives. Toutes les options n’y sont pas, mais l’essentiel, l’âme de la marque, doit s’y trouver…

 

 

Le déroulement de l’essai

En tout et pour tout, une dizaine de séances d’essai, constituant près de 13h15 de roulage effectif et 190km parcourus sont à l’origine de ce match. Plusieurs occasions de rouler seul, sur chaque vélo et sur un même parcours, pour en déterminer les réglages et s’immerger dans l’expérience.

Puis surtout, plusieurs sorties pour rouler à plusieurs, en échangeant les vélos en cours de route. Différents profils ont donc l’occasion d’essayer les protagonistes. Habitués, ou non, à la pratique du VTTAE. Habitués, ou non, à la pratique du VTT tout court.

Intéressant de saisir ainsi quels vélos ont la préférence de qui, et pourquoi. Notamment lorsque l’on s’intéresse aux critères plus précis de ce match : équipements, ergonomie, motorisation, pédalage, pilotage, autonomie et la gestion de l’énergie…

 

 

Ergonomie

Premières impressions à l’usage : l’ergonomie. La position offerte par chacun. Les deux modèles à l’essai sont des tailles L, prévues pour s’accorder avec les gabarits au dessus de 1m80. Pourtant, les deux prestations ne sont pas identiques.

Le Haibike SDURO AllMtn 6.0 fait usage d’un triangle avant court (419mm de reach) et d’une potence longue (80mm).  À l’usage, le vélo parait court et haut. Avec 83cm de hauteur de cadre, il faut effectivement de grandes jambes pour mettre pied à terre sans être assis sur le tube supérieur. Le cintre “étriqué” (740mm) et très cintré complète le tableau d’un vélo étroit et haut perché.

De son côté, le Specialized est fidèle à la réputation de la marque en la matière. Tout tombe sous le sens. Le guidon n’est pas beaucoup large (+10mm). Mais moins cintré, il offre plus d’aisance et de liberté aux poignets. Surtout, le boitier de pédalier bas (-21mm), le triangle avant plus long (+15mm) et la hauteur globale plus faible (-6cn au tube supérieur) proposent un vélo bien plus racé.

 

 

Équipements

Les quelques tours de roues qui suivent permettent de passer en revue les équipements, et leurs prestations. Deux visions s’opposent.

Le Haibike SDURO AllMtn 6.0 en fait beaucoup. Il n’y à qu’à voir le poste de pilotage fourni. La prestation de l’équipement est à l’image. Chaque élément participe, parfois trop ! Tige de selle télescopique, double plateaux, assistance, freinage, rapports de vitesse. Il faut être méthodique, appliqué et ordonné pour tirer parti de tout.

Surtout, chaque composant demande sa petite attention. Rien de bien méchant, juste ce qu’il faut pour s’assurer qu’un détail ne vienne pas, à la longue, gâcher les sorties.

À contrario, le Specialized Turbo Levo FSR CE 6Fattie respect à la lettre un des crédos de la marque : less is more ! Aucune fioriture. Pas d’équipement parasite. L’essentiel est là, et joue son rôle. Rien ne doit, rien ne vient, perturber la pratique. Une commande de vitesse, les freins, et basta.

Typiquement le genre de vélo que l’on oublierait presque de recharger entre deux sorties, tant le reste de son entretien est courant et sans complication.

 

 

 

Autonomie & gestion

Passons aux choses sérieuses. À commencer par la méthode de gestion de l’assistance électrique, et l’autonomie qui en découle. Le parallèle avec l’univers automobile a du sens. Entre commande manuelle et automatique, deux mondes s’opposent.

Le Haibike SDURO AllMtn 6.0 offre ce que la plupart des VTTAE actuels propose : une commande au guidon qui permet de choisir arbitrairement entre 3 niveaux d’assistance. Un écran LCD au guidon pour visionner les informations en temps réel. À nous donc, d’ajuster la consommation en fonction du terrain, de la forme, et de nos propres prétentions. Dans tous les cas, le pilote garde la main mise sur sa manière de consommer les 500Wh d’autonomie de la batterie. Jusqu’en mode marche, où une commande au guidon permet d’assister si l’on en vient à mettre le pied à terre.

“Renseigner son objectif et ne plus se soucier de rien !”

Le Specialized Turbo Levo FSR CE 6Fattie se veut plus sophistiqué et plus simple à la fois. Mode marche absent et pas de commande au guidon d’origine. Une commande sans fil, développée avec Garmin, est disponible en option, à 79,90€. Sinon, seuls les boutons et diodes de la batterie en guise de témoin et commande.

L’expérience prend réellement son sens lorsque l’on utilise l’application Mission Control pour smartphone ou sur Garmin. Elle permet, à tout moment, de prendre connaissance d’une multitude d’information au sujet du vélo, de la batterie, du moteur et du parcours. Surtout, on peut renseigner la distance ou la durée que l’on veut parcourir. Elle ajuste elle même le niveau d’assistance. Les commandes et écrans sont alors superflus. On ne soucie plus de rien, si ce n’est de rouler…

À ce petit jeu, il est alors possible de tirer parti des 460Wh de la batterie du Specialized aux mêmes allures, et sur les mêmes distances que le Haibike. Aucun écart notable n’est à déplorer.

 

 

Motorisation

La motorisation a une part prépondérante dans le comportement des VTTAE actuels. Et pour cause, les nouveaux horizons qu’offre l’assistance comptent sur ses capacités particulières.

En la matière, le Haibike SDURO AllMtn 6.0 offre une prestation de premier ordre. Puissance et réactivité sont au rendez-vous moteur Yamaha. La sonorité de l’assistance se veut claire et audible quelles que soient les situations. La réponse de l’assistance se fait dans l’instant, et permet de palier à la plupart des imprévus. Assistance à fond, les coups de boutoir sont jouissifs. L’impression de puissance est bien présente. On se prend vite au jeu d’en tirer parti pour s’amuser.

La motorisation Brose du Specialized Turbo Levo FSR CE 6 Fattie est plus souple et lisse. La sonorité est plus sourde et grave. Le couple à bas régime semble un peu plus important, au point que l’on puisse davantage exploiter ce régime moteur. Sous les coups de pédale plus important, l’assistance réagit progressivement. La puissance semble plus maîtrisée et s’effacer à l’usage. La prestation semble plus discrète, comme pour offrir des sensations plus proches de ce que l’on connait en vélo traditionnel.

 

 

En prise…

Ces deux motorisations impliquent donc deux manières de pédalier, franchir, grimper…

Il suffit vraiment de laisser tourner les jambes et laisser filer le Haibike SDuro AllMtn 6.0. Sa puissance et sa stabilité font le reste. Un coup de pédale pour solliciter la réactivité du moteur et le moindre obstacle est franchi. Même jusqu’au dernier moment, face à l’imprévu. Lancé et relancé, il passe sans sourciller pour peu que l’on saisisse bien le cintre un peu étroit.

Sur le Specialized Turbo Levo FSR CE 6 Fattie, l’assistance a tendance à couper, et repartir avec un petit temps de décalage lorsque l’on arrête un temps de pédaler. Suffisamment pour en tenir compte dans le pilotage. Plus que jamais, il ne faut pas arrêter de pédaler. Profiter des bons appuis sur la selle pour tourner les jambes. Ou bien, puisque l’assistance perdure un léger instant, reprendre le pédalage avant qu’elle n’ait coupé.

 

 

Agilité…

Le reste du temps, lorsque la pente et/ou l’élan permettent de se laisser aller, les deux protagonistes offrent une fois de plus une prestation différente et marquée.

Stable et tranquille, le Haibike SDURO AllMtn 6.0 doit être lancé, et le rester. Son débattement, son assiette constante et sa fourche (RockShox Yari) imposante en sont les raisons. Les lignes droites défoncées où il sollicite peu le pilote constituent son terrain de prédilection. Il fait la majeur partie du travail, et laisse se concentrer sur les plus gros gestes, si l’on souhaite les entreprendre. C’est plus délicat lorsqu’il faut tricoter entre les arbres ou effectuer une série d’impulsions. Un peu pataud, réduire l’allure, arrondir les trajectoires et anticiper sont les clés.

De son côté, le Specialized Turbo Levo FSR CE 6 Fattie est plus agile. Il incite bien plus à la débauche technique. En un sens, c’est celui des deux qui se rapproche le plus de ce que l’on peut connaitre d’une pratique VTT traditionnelle. La suspension arrière plonge un peu plus dans le débattement et la fourche (RockShox Revelation) plus fine offrent ce qu’il faut de rebond pour rendre le vélo agile. Tirer un bunny-up ou virer autour d’un arbre se fait facilement pour un VTTAE. Ceux qui maîtrisent ces rudiments du pilotage et tiennent à les exploiter encore en VTTAE sont servis.

 

 

Un match, deux tempéraments

On touche alors clairement à la clé de voute de ce duel Haibike SDURO AllMtn 6.0 vs Specialized Turbo Levo FSR CE 6Fattie. Dispose-t-on d’un passé et d’un bagage à VTT ? Quel est le bagage technique que l’on souhaite mettre à profit ? Quelle place souhaite-on que le vélo occupe dans la pratique ? Quelle part souhaite-on que l’assistance prenne dans la prestation ?

Autant de questions personnelles auxquelles chaque paragraphe de ce match apporte une réponse. Chacun d’entre nous doit pouvoir peser et sous peser pour se forger une opinion…

Reste un coup de coeur pour ceux impliqués dans cet essai. Pour la plupart, de part l’expérience à VTT, le plaisir pris à son guidon, la simplicité d’entretien/d’usage… Mais aussi convaincu qu’il peut pousser tout le monde à prendre de bonnes habitudes, le Specialized Turbo Levo FSR CE 6Fattie sort vainqueur.

Et vous ? Pour lequel penchez-vous ?

 

“Comme le premier modèle d’une grande marque de voiture sportive, le Specialized Turbo Levo FSR CE 6Fattie n’a pas toutes les options, mais déjà l’âme qui va bien. Reste à investir, ou négocier, les surplus, au besoin. L’assistance enjolive l’expérience, sans la pervertir. Il cherche clairement à rester fidèle à l’expérience VTT traditionnelle. Pour ceux qui viennent de cette pratique, qui ne veulent pas gaspiller un bagage précieux et qui sait, continuer à le développer à bon escient…”

“Le Haibike SDURO AllMtn 6.0 attire : Full option ! Comme la version sportive d’une voiture classique. Il est rassurant, peu exigeant ou regardant. Il dispose des équipements et traits de caractères qui font sentir, dès les premiers instants, que tout est fait pour tirer parti de l’assistance. Ceux qui veulent découvrir et sentir son effet grisant de l’assistance y trouveront leur compte.”

Article lu 40 892 fois. Merci !