Il y a deux ans, Canyon entrait dans la danse de l’électrique avec son premier Spectral:ON. Une réussite qui avait son charme et s’avérait novatrice par quelques choix techniques très tranchés. Mais, au rythme où le marché évolue, il commençait à vieillir…

Pas d’intégration, géométrie conservatrice, cinématique à revoir… la marque a quelques arguments pour le pousser à évoluer. C’est la raison pour laquelle nous avons eu l’opportunité de prendre en main, dans la banlieue de Barcelone, la seconde génération du Canyon Spectral:ON !

Place donc à une grosse journée de ride pour le découvrir. Alors, en quoi ressemble-t-il à son aîné ? Conserve-t-il les caractéristiques qui l’ont rendu si populaire par le passé ? Qu’en est-il une fois sur les sentiers ? Feu !

 


Temps de lecture : 7 minutes – Photos : Markus Greber & Pol Foguet


 

 

Canyon Spectral:ON

  • Usage All Mountain
  • Débattement 150mm AV et AR
  • Triangle avant carbone, arrière alu
  • Reach 465mm en taille L, offset 51mm
  • Roues 29 pouces AV et 27,5+ AR
  • Pneus 29×2.5 AV et 27,5×2.6 AR

 

Canyon Spectral:ON

Dès la première version du Spectral:ON, Canyon a pris le parti de différencier la taille de la roue avant – en 29 pouces – de celle de la roue arrière – en 27,5 pouces. Un parti pris osé, à l’époque où le 27,5+ et le 29 se bataillaient, mais qui porte ses fruits et que d’autres ont finalement suivi aussi…

Le nouveau Spectral:ON conserve sa motorisation Shimano Steps E8000. Un choix qui perdure et qui enfonce le clou quant à l’idée qu’un possible nouveau moteur Shimano est bien dans les tuyaux, et certainement compatible. Comme pour le Canyon Neuron:ON ou le Santa Cruz Hekler

Une détermination dans laquelle Canyon s’affirme, même si, à l’inverse, la firme allemande a choisi de remettre en question d’autres caractéristiques techniques de son Spectral:ONVoyons ça !

 

Matériau et intégration

L’intégration est une des raisons majeures qui a poussé Canyon à proposer cette évolution du Spectral:ON… Bien que l’intégration de la batterie ne puisse pas devenir un atout majeur, comme le prouve le Lapierre GLP2 en s’en affranchissant totalement pour favoriser la répartition des masses, la tendance et la demande restent tristement prioritaires et fortes !

À cette occasion, le tube diagonal accueille désormais une batterie Shimano BR-E8035 de 504Wh. De plus, par l’emploi de la fibre de carbone, dont le ratio résistance/poids n’impose pas les mêmes contraintes de fabrication que l’aluminium, le triangle avant du cadre de ce nouveau Canyon Spectral:ON est plus léger d’1kg que celui de son aîné. Ce n’est pas rien ! De quoi finalement abaisser le centre de gravité global du vélo !

Le cache de la batterie est directement fixé sur cette dernière, qui s’extrait très facilement à l’aide une clé hexagonale de 4mm (vis quart de tour).

 

Géométrie qui évolue...

Si le tube de selle se redresse de 0,7° et l’angle de direction se ferme de 0,3°, c’est ailleurs que ce Spectral:ON évolue plus franchement :

Le premier opus du Spectral:ON offrait les bases les plus courtes du marché des ebikes : 430mm. Désormais, elles s’allongent de 5mm pour atteindre les 435mm…

Et, sur ce sujet, plusieurs écoles s’affrontent ! Les bases courtes ont longtemps été plébiscitées sous prétexte de vivacité et de maniabilité. Cependant, la tendance du moment tend à ne pas faire aussi court que par le passé. Verrait-on un certain compromis se dessiner au fur et à mesure ?

 

Cinématique identique mais...

La cinématique reste inchangée, pourtant un paramètre décisif varie fortement. Les ingénieurs allemands changent totalement de bord pour le coup : la valeur de l‘anti-squat, plutôt élevée sur la première version du Spectral:ON se voit maintenant très fortement diminuée

En effet, moteur aidant, l’approche des performances au pédalage évolue, comme pour la conception du Lapierre GLP2. Même si on n’en connait pas tous les détails, les approches se recoupent !

Pour ce nouveau Canyon Spectral:ON, l’anti-squat tend désormais à être inférieur à 100% dans tout le débattement alors que l’ancienne version offrait un anti-squat stable et contant au dessus de 100%…

C’est l’autre évolution majeure de ce nouveau Canyon Spectral:ON. Une notion à laquelle je resterai, là aussi, particulièrement attentif pendant la prise en main…

 

Détails

Si l’intégration est la raison d’être principale de cette évolution, elle ne s’arrête pas à la seule intégration de la batterie dans le tube diagonal. En somme, c’est propre, c’est fluide ! La finition progresse :

 

 

Prise en main

Nous étions aux abords de Barcelone, vers Vallromanes plus précisément, là où Cesar Rojo de Cero Designs – acteur de l’ombre dans le développement de nombreux vélos – aiguise ses prototypes. Un terrain sec et sablonneux, où une légère humidité est parfois l’ingrédient qui bonifie le tout, surtout le grip. Parfait ! C’est justement dans ces conditions idéales que nous avons roulé ce nouveau Spectral:ON…

 

En montée...

À la première forte pente, je suis surpris de cabrer de l’avant ! Je trouve ma position particulièrement redressée une fois assis. Je décide donc de descendre légèrement l’ensemble guidon/potence pour ramener un peu de poids sur la roue avant…

Dès lors, tout va mieux ! Plus de cabrages intempestifs, ni de pertes de direction qui vont avec. Ce qui confirme aussi, que l’allongement des bases joue bien son rôle : une fois bien réglé, il n’a plus cette tendance à cabrer qu’avait son prédécesseur. Même si, pour le coup, il n’en devient pas pour autant le meilleur de sa catégorie dans ce domaine…

Aussi, sur les montées assez rapides sur pistes/DFCI, chaque croisement d’ornière ou de tirant d’eau me rappelle que l’anti-squat a baissé… Le Spectral:ON a tendance à s’affaisser à l’impact pendant que l’on pédale. Il faut donc se faire léger ! Mais, c’est une histoire de compromis, puisque cet anti-squat faible aide par ailleurs

 

En descente...

En effet, lorsque la pente s’inverse, ce faible anti-squat ne génère quasiment pas d’effet de kickback. Le mouvement des pédales et des manivelles ne déstabilise pas. On garde facilement le cap engagé ! Le Spectral:ON est donc particulièrement rassurant.

De plus, il n’en perd pas tout son dynamisme. Bien équilibré, on ne ressent pas l’embonpoint que d’autres VTTAE – qui se font d’ailleurs de plus en plus rares – peuvent laisser percevoir et sait tout de même accélérer.

Si un anti-squat élevé aide lorsqu’on joue avec les mouvements de terrain pour accélérer, le Canyon Spectral:ON profite cette fois de sa suspension pour prendre de la vitesse. Elle monte en charge sans s’écraser ou s’affaisser complètement ! L’énergie est transférée au sol, il accélère lorsqu’on pousse ou pompe avec les bras/jambes.

À cela s’ajoute une raideur globale bien jaugée, le Spectral:ON n’a pas tendance à perdre l’adhérence ou à dribbler dans les dévers. Le confort n’en est que meilleur. Et, une fois de plus, il se veut rassurant !

 

En courbe

Cette raideur plutôt bien maîtrisée le rend confortable. Une fois de plus, une certaine aisance et assurance se dégage du Canyon Spectral:ON. Il est facile en courbe et en virage. Il ne surprend jamais !

Aussi, le Spectral:ON joue la carte de la simplicité. Sans jouer des extrêmes en matière de géométrie, les masses sont bien réparties entre la roue avant et la roue arrière. L’équilibre en courbe est bon, il est facile de se mouvoir pour choisir sur quelle roue placer son poids. Une fois encore, avec une position un peu redressée, il rassure !

 

Le guidon CP0012

Plus en détail, le modèle haut de gamme que nous avons roulé possède le cockpit CP0012. Un composant qui, lui aussi, impose un compromis : une liberté de travail sur le carbone plus large mais la perte d’un réglage (guidon par rapport à la potence).

Il tombe sous la main : le shape du guidon s’avère bon, à mon goût ! En carbone, il se montre tolérant, confortable et bien assez précis. C’est une réelle surprise !

Il réussit ce qu’aucun guidon en carbone que j’ai pu roulé n’avait encore réussi : allier confort et rigidité ! Et c’est justement le fait d’associer directement potence et guidon dans un seul et même bloc/moule qui permet de travailler différemment sa forme et ainsi de maîtriser sa raideur !

 

 

Qu’en penser !?

Rassurant, facile, simple… Ce sont les mots qui ressortent souvent au travers de cette prise en main. Et c’est vrai, ce Canyon Spectral:ON est ainsi ! C’est finalement un VTTAE plutôt commun, dans le sens où, sans un fort caractère, il ne demande pas à être brusquer ou bousculer pour être manier correctement.

Par ce comportement sain et facile, il confirme à son tour la volonté de Canyon de favoriser l’accessibilité à l’élitisme. Tout en conservant des choix techniques tranchés mais, en fin de compte, légitimes, le Canyon Spectral:ON perdure et progresse !

Pour conclure, malgré une démarche commune pour devenir de plus en plus accessible, le dernier Spectral:ON s’adresse aux pratiquants passionnés de VTT en quête d’un vélo électrique polyvalent, facile et rassurant quand, son petit frère, le Canyon Neuron:ON, moins à son aise en descente et moins performant en montée, vise assurément le grand public.

Alors, avec un bon rapport qualité/prix, ce nouveau Spectral:ON sera-t-il, comme son prédécesseur, victime de son succès !? S’affirmera-t-il sur un marché où l’intégration a déjà fait sa place ? Et où les moteurs Shimano commencent à montrer quelques signes de “fatigue” face à leurs concurrents ?

Article lu 15 086 fois. Merci !