Alors que Bosch vient tout juste de présenter la nouvelle version du moteur Performance CX 2020, c’est au tour du géant nippon de la motorisation moto et bateau, à savoir Yamaha, de présenter des mises à jour de ses moteurs… Voyons tout de suite ça en détail !

 


Temps de lecture estimé : 3 minutes – Photos : Yamaha


 

Moteur Yamaha PW-X2

  • Usage VTTAE 
  • Poids : 3,1kg 
  • Puissance : 250W

 

Le PW-X2…

Le moteur PW-X2 est le fer de lance de chez Yamaha. Principalement destiné à un usage en VTTAE, il voit sa pratique, comme quelques unes de ses caractéristiques, évoluer :

Plus tolérant...

Réputé pour être très tolérant à des cadences de pédalage faibles, le motoriste nippon élargit désormais la plage de fonctionnement de son moteur phare vers des cadences de pédalage plus rapides :

Ainsi, 50% de puissance supplémentaire sont désormais disponibles à 100rpm (tour par minute) sur cette nouvelle version. Une qualité indéniable quand on sait qu’en VTTAE, les cadences varient aisément entre 70 et 120rpm !

 

Un mode automatique

A l’image de Bosch et son excellent mode E-MTB, Yamaha propose maintenant un mode automatique. Elle l’a développé en 2019 sur le moteur PW-TE destiné aux vélos de ville à assistance électrique avant de l’étendre au fleuron de la gamme pour 2020 !

C’est l’usage d’un algorithme et d’un capteur d’inclinaison du vélo, couplé aux 3 autres capteurs habituels – de vitesse, de cadence et de couple – qui permet à ce nouveau mode d’ajuster la puissance délivrée par le moteur en fonction de ce que fourni le pilote.

 

Une version Speed !

Le moteur PW-X2 est destiné aux VTTAE mais existe désormais dans une déclinaison PW-X2 45, destinée aux déplacements urbains. C’est le même moteur mais bridé, cette fois, à 45km/h.

 

 

Moteur Yamaha PW-ST

  • Usage VTTAE et VTCAE 
  • Poids : 3,4kg 
  • Puissance : 250W

 

Le PW-ST…

Quand le moteur PW-X2 constitue le haut de gamme VTTAE, le PW-ST est le modèle sportif de la gamme Yamaha. Il se destine principalement aux VTTAE entrée de gamme, au VTCAE et à certains vélos de ville. C’est le moteur multi-usage, et, lui aussi, se dote de nouvelles caractéristiques :

Dans la même lignée...

Il n’y a pas de raison que le PW-X2 soit le seul équipé d’un capteur d’inclinaison et du mode automatique. Pour un confort d’utilisation maximal, le PW-ST est lui aussi pourvu du mode automatique. De quoi grandement faciliter les déplacements urbains, pour les commuters, voir même la promenade dominicale.

 

Démarrage facilité

Plus facilement et régulièrement au contact ou entre les mains de non initiés vu son niveau de gamme, Yamaha a fait le choix de proposer une assistance au démarrage.

Elle est là pour éviter les à-coups, les fortes puissances et les pertes de contrôle que peuvent engendrer des démarrages brutaux. Elle facilite l’étape de démarrage par plus de souplesse. Elle accompagne ! De fait, elle améliore le confort et la sérénité à l’usage.

 

Plus léger

Pour finir, avec 3,4kg sur la balance, ce moteur PW-ST gagne 100g par rapport à l’ancienne version, le PW-SE. C’est toujours ça de pris, surtout pour un usage tout terrain qui demande parfois de sauter des obstacles où le poids peut devenir une contrainte !

 

 

Une nouvelle batterie…

En plus de la mise à jour de certains moteurs, Yamaha propose aussi une nouvelle batterie. Après avoir mis sur le marché les batteries Multi-Location 500Wh et 600Wh, elle donne naissance à la Multi-Location 400Wh.

Elle conserve le même châssis que la 500Wh mais est un poil plus légère – 100g de moins – et est annoncée moins chère que sa grande soeur. Une bonne opportunité comme batterie supplémentaire ou de remplacement.

 

 

Qu’en penser !?

Même si les châssis et la conception de ces nouveaux moteurs Yamaha ne semblent pas changer, le motoriste nippon fait l’effort d’apporter des mises à jour là où la concurrence avait de l’avance : à savoir l’usage d’un mode automatique et l’élargissement de la plage de fonctionnement des cadences de pédalage.

Reste désormais à savoir si ces évolutions seront, sur le terrain, belles et bien à la hauteur de ce qui se fait déjà sur le marché. Le mode automatique Yamaha sera-t-il aussi naturel, économe et efficace que le mode E-MTB auquel Bosch nous a habitué jusqu’à maintenant ? Sera-t-il aussi tolérant que les moteurs Brose ? ou comme le Shimano ? 

Article lu 13 429 fois. Merci !