On y est, la dernière semaine avant la mythique Transvésubienne est entammée ! Les pilotes sont au repos et les VTTAE sont en cours de révision mais avez vous pensez à tout bien préparer ?

Nadine, notre ambassadrice, experte de la Transvésubienne en VTT et VTTAE, qui nous a livré quelques récents conseils sur Endurotribe, vous présente sa vision de cette épreuve en VTTAE, ses astuces et son vélo pour l’occasion…

 


Temps de lecture estimé : 6 minutes


 

 

Une épreuve atypique et magique

75km, plus de 3000m de dénivelé, des sommets, des cols, des crêtes, des descentes, des montées presque intégralement sur des sentiers entre la montagne et la mer, la Transvésubienne est, pour moi, une épreuve atypique et magique !

Le terrain est technique et exigeant, il met à mal les pilotes et les bikes mais les sentiers parcourus sont magnifiques, historiques, montagneux, méditerranéens… Pour vous faire une idée de cette épreuve, regardez nos vidéos de quelques passages lors de nos recos la semaine dernière !

Cette année, une trentaine de pilotes sont engagés pour le moment. Difficile de comprendre pourquoi il n’y en a pas plus. S’il y a bien une épreuve pour laquelle le VTTAE permet d’apprécier 100 fois plus le parcours, c’est bien la Transvésubienne ! Grâce à l’assistance, on oublie le petit VTT de XC en 100 ou 120mm hyper light, petits pneus, la fine selle… avec lequel on subit terriblement le terrain de la Vésubie. Là on a des VTT(AE !) bien équipés avec 140, 150 ou même 160mm de débattement. Des gros pneus d’Enduro en 2.6 ou 2.8, une assistance qui nous permet de monter presque partout en selle (avec un peu de dextérité quand même…) ! Et si jamais cela passe à pied, pas de problème, l’assistance à la marche vous aide. Personnellement, je n’ai jamais mis un VTTAE sur le dos (je n’y arriverais pas) et j’ai toujours réussi à terminer alors pourquoi pas vous !?

En VTTAE, les montées sont moins pénibles, on aborde du coup les descentes beaucoup plus lucide ce qui permet de bien mieux les apprécier. En plus, on peut se permettre de mettre des protections légères pour se rassurer (genouillères, coudières…) car on les supporte sans problème.

 

 

Enfin, cette année, pas de gros portage, pas de boucle supplémentaire, ça va être rapide pour les meilleurs et une superbe aventure pour les autres !

 

 

 

Mon VTTAE pour cette aventure

En ce qui me concerne, cette année, je prendrai le départ avec un Lapierre Overvolt AMi Team un peu modifié, adapté au mieux au terrain qui nous attend :

 

 

 

Mes petites astuces

Des mèches prêtes à servir

J’ai installé un petit système pour avoir une mèche prête à réparer une crevaison au niveau de mon guidon et mon obus est dans la poche latérale de mon sac, prêt à être dégainé également histoire de ne perdre un minimum de temps en cas de crevaison ! D’autres mèches et ma pompe sont aussi dans un accès rapide de mon sac.

 

Un aimant de secours

Il est fixé sur mon cintre (vérifiez que vous avez bien la bonne clef pour l’installer au cas où).

 

La clef de la batterie accrochée

Vérifiez 10 fois avant de partir que vous l’avez bien dans le sac 😉 . Sinon l’aventure s’arrêtera à Pont de Cros ! Et accrochez la pour ne pas qu’elle n’en tombe….

 

De l'antidérapant

Le changement de mode est presque aussi fréquent que le changement de vitesse en VTTAE. Il se fait souvent à l’aveugle donc j’ai mis un peu d’antidérapant sur le bouton “plus” pour le différentier du “moins” au toucher.

J’en ai mis également sur la manette des vitesses et de la tige de selle pour éviter que les doigts glissent dessus s’il pleut.

 

 

 

A propos de l’autonomie

Pour la première partie de la Colmiane à Pont de Cros, la gestion de la batterie sera assez facile.

 

 

On peut rouler avec de l’assistance dans les portions techniques (éviter le Turbo quand même). Presque tout passe à vélo sauf le poussage du Brec (4 à 5 min).

 

 

En gros, avec mon gabarit (56kg), par temps sec, sans être gênée par des concurrents, j’ai perdu ma 3ème barrette juste avant le poussage du Brec et j’ai terminé cette partie avec une dernière barrette pas trop entamée.

Donc, pas trop de stress pour cette partie mais attention, il fera plus froid au départ ce qui augmentera forcément la consommation. En cas de pluie, de terrain gras, de froid prolongé, celle-ci peut vite s’amplifier donc rester vigilant ! (Ce n’est qu’à titre indicatif…)

Par contre, pour la deuxième partie de Pont de Cros à Nice, ce n’est pas la même rigolade. En économisant et en roulant tranquillement, j’ai consommé ma 3ème barrette au niveau de la route d’Aspremont et je termine à l’entrée du paillon avec 10% de batterie environ. S’il y a la traversée du Paillon dans les galets et le tunnel jusqu’à la mer, il faudra ces 5 à 10% pour terminer correctement. Donc c’est juste, juste !

L’organisation ne sait pas encore s’il y sera ou pas. En fonction de ce qu’ils annoncent samedi au briefing, faîtes vos calculs mais je vous conseille de garder de l’énergie (physique et électrique) pour cette partie qui est presque plus exigeante que la montagne.

Dernier petit conseil, nous allons doubler beaucoup de concurrents en VTT surtout sur le début du parcours. Certes, il y en a toujours 1 ou 2 qui râlent un peu mais je n’ai jamais eu de problème jusqu’à maintenant. Alors, essayons de garder cette belle cohabitation et belle ambiance pour que tout se passe bien !

 

 

Il est encore temps de se motiver ! Venez !


Pour ceux qui ne se sont pas encore inscrits, il est grand temps de la faire ! C’est une aventure à vivre au moins une fois dans sa vie de vttiste et à savourer encore plus en VTTAE !

Alors, rendez-vous dans quelques jours à la Colmiane au départ ou à Nice à l’arrivée ! 😉

 

Article lu 1 908 fois. Merci !