Après la présentation détaillée sur VTTAE.fr, place maintenant à l’action et à l’aventure au guidon du Commençal Meta Power ! Découvrez nos impressions après deux jours de prise en main sur les sentiers andorrans…

 


Temps de lecture estimé : 9 minutes – Photos : Commençal pour VTTAE.Fr


 

 

Prise en main sur fond d’aventure

A l’occasion des présentations à la presse cet été, c’est à un petit traitement de faveur que VTTAE.fr a eu droit. « Allo, bonjour, ça te dirait un bivouac en Meta Power ? »

Après quelques heures de rodage pour se faire à la machine, on a donc embarqué avec le staff Commençal pour une prise en main itinérante originale hors des itinéraires préconçus. Au menu : deux demi-journées de pur vélo de montagne sur les sommets andorrans, entrecoupées d’une partie de pêche à la mouche avec feu de camp, grillades sous les étoiles et nuit en refuge.

Mais à peine débarqué en Andorre mardi après-midi, me voila avant tout embrigadé pour un run inaugural en compagnie de Nicolas Ménard, l’ingénieur en chef de la marque. Direction les singles de Beixalis et Coll d’Ordino, pour se faire la main sur des « classiques » du coin, terrain de jeu de prédilection du best-seller Meta AM V4.2…

 

 

Power Race en guise de monture

A ma disposition un Meta Power flambant, une pré-série en taille L et version haut de gamme Race à 4999 euros. Amortisseur Super Deluxe Coil RCT à ressort, fourche Lyrik RT3, freins Code R, cintre large en 780mm, transmission EX1 spécifique VTTAE, manivelles en 175mm, tige de selle Reverb en 150mm…

Le montage est très cohérent, parfaitement adapté à un programme Enduro, et sied parfaitement à mes habitudes et à mon gabarit (1,79m et 76,5cm de hauteur de selle). Seule la couleur noire matte n’est pas de série, le Race sera rouge brillant.

A ce tarif là, au regard de l’équipement et de la motorisation Shimano Steps E8000 avec batterie 500Wh, Commençal est plus que compétitive sur le marché des VTTAE alu AM/Enduro.

 

 

Échauffement andorran

Nous voila en liaison, dans l’ascension mêlant un peu de route raide, de piste large, puis de sentier en balcon avec quelques franchissements trialisant. Habitué à la motorisation Shimano, je franchis ces premiers obstacles comme une simple formalité.

J’ai le sentiment que l’angle « droit » de tube de selle m’aide à bien me poser/situer sur le vélo. Par moment, en fonction de l’adhérence et de la pente, je joue tout de même du réglage de compression de l’amortisseur (2 positions : ouvert/fermé) pour contrôler l’assiette du vélo. Les pneus en 2.6 assurent.

En revanche, j’ai tendance à taper les manivelles dans les franchissements techniques. Pourtant inconditionnel du boitier bas, je pense que le Meta pousse le bouchon un poil trop bas pour un usage « randonnée ». Le bureau d’étude Commençal l’a d’ailleurs identifié et le vélo de série sera 10mm plus haut (manivelles 5mm plus courtes couplées à une boite rehaussée de 5mm).

« A la manière d’un All Mountain bodybuildé, ce vélo électrique n’aseptise pas les tracés, il demande à en jouer… »

Arrivés au point haut, nous attaquons la descente. Je pars devant, l’allure grimpe assez vite, la confiance est là. Le vélo incite à forcer le rythme malgré un tracé à l’aveugle, jonché de blocs de pierres, ornières et autres racines.

Fan du 27+ que ce soit sur du VTT ou du VTTAE, je suis très agréablement surpris par le duo Schwalbe Magic Marry/Nobby Nic et leur format 2.6 : ça encaisse et ça grip, c’est effectivement plus vif et réactif qu’en 2.8. De série, ce seront des Maxxis High Roller II 2.6 avec carcasses adaptées (Evo à l’avant, Double Down à l’arrière) qui seront chargés d’encaisser vos ardeurs. Intéressant.

En bas, j’ai la banane et Nicolas aussi. Nous sommes tous les deux surpris de l’allure à laquelle nous avons enchaîné ce premier run. A vue et à « froid ». C’est prometteur… D’autant plus, qu’au second run, on ne fera pas mieux.

 

 

Que la force soit avec moi

Mercredi matin, je suis cette fois-ci accompagné de Nicolas Brizin (Marketing produits). Au programme, le bike-park de Vallnord. Des dizaines de virages relevés plus tard, qui avec un VTTAE de 21/22kg vous maltraitent le haut du corps et vous donnent le tournis, nous voila sur des tracés plus naturels.

Avec son boitier bas, le vélo est un régal dans les appuis. On passe par le Coll de la Botella, Cami del cardemeller pour enchaîner ensuite, pour les intimes, pas le pédalage de la Maxiavalanche de Vallnord. Jusque-ici tout va bien, le Meta Power encaisse royalement.

« Là où le mot « pente » prend tout son sens… »

Sur les petits comme les gros chocs, l’amortisseur à ressort fait son oeuvre. Mais à la manière d’un All Mountain bodybuildé, ce vélo électrique n’aseptise pas les tracés, il demande à en jouer. Le ressort y participe.D’ailleurs les profanes du ressort pourraient être surpris de prime abord avec les versions Essentiel et Race.

Contrairement aux idées reçues, ce type d’amortisseur au support ferme et constant, n’est pas synonyme de grande « tolérance ». Toujours plus raide en milieu de débattement, si vous êtes habitués à la tolérance avant la rampe de progressivité de l’air, vous pourriez ressentir une sorte d’inconfort avec ce type d’amortisseur.

 

 

Bravoure et confiance de rigueur

Place maintenant au (premier !) morceau de bravoure du séjour. Me sentant à l’aise sur le vélo, mon guide m’embarque pour la tournée des secret spots. Et c’est là que le mot « pente » prend tout son sens. Non d’un chien ça penche en Andorre !

Ça tricote, ça tournicote. C’est franchement intimidant. Au risque de finir en bas avant ma monture, c’est le genre de défi que j’aime relever. Et c’est bien là que réside toute la force du Power… Il donne confiance. Du moins, tout autant qu’un bon VTT non assisté.

Le Meta Power pousse au crime. Ses masses me semblent bien réparties. Du moins, elles me donnent confiance. Tant mieux, parce que là, je suis clairement sorti de ma zone de confort… Ici l’erreur n’est pas vraiment une option. Malgré quelques frayeurs, le Meta Power me mène à bon port. Que c’était bon.

 

 

 

Au plus court…

Dans l’après-midi du mercredi, Thomas Moret (Designer de la marque) se joint à nous pour attaquer notre périple mêlant VTT, bonne humeur et pêche à la mouche. Objectif de la fin d’après-midi, atteindre le refuge Estany de la Nou via le Pic Negre.

« J’ai testé pour vous le Freeride en VTTAE… »

Nous voila partis depuis le Parc Naturlandia, via une dépose sur un point haut, les sacs à dos chargés du matériel de camping, du ravitaillement solide et liquide, du matos photo. Nous longeons la frontière franco-espagnole par une piste large, parfois très raide, où le mode Boost est salvateur.

Pas de stress à se faire du côté de l’autonomie, notre petite escapade fait moins de 1500m de dénivelés positifs et une vingtaine de kilomètres. Seuls, les poids des sacs pourraient nous faire abuser des modes d’assistance les plus élevés.

Arrivés au point culminant, un nouveau défi s’offre à moi. « Le chemin le plus court, c’est tout droit, dans le pierrier… » Ah ouai, d’accord. C’est raide ! Mais ça a le mérite d’immortaliser l’aventure. Thomas s’élance avec aisance… Je lui emboîte le pas avec, disons-le, moins d’assurance !

Pourtant, une nouvelle fois, le vélo est sain et rassurant. Scotché au sol, il m’emmène en bas sans encombre. Aujourd’hui, j’ai testé pour vous le Freeride en VTTAE… Expérience plutôt logique quand on la restitue dans son contexte : c’est bien aussi pour ce genre d’excentricité que l’électrique apparait à la gamme Commençal. C’est en tout cas le message qui passe à cette occasion.

 

 

L’aventure avant tout…

Le plus dur est derrière nous. Il ne reste qu’à rallier le refuge et son lac via une belle descente qui serpente. Le parcours est vrai. Il permet de mettre en exergue les bonnes prédispositions du Commençal Meta Power.

Le vélo ne demande qu’à jouer, à tirer au moindre appel. Bases contenues ? Courbe d’amortissement ? Positionnement de la batterie ? Il y a certainement un peu de tout ça pour contribuer à ce comportement grisant et électrisant.

Les gros pneus en 2.6 on quelque chose de plus : ils gomment les changements d’adhérence et autres trajectoires aléatoires qui débouchent bien souvent dans des ornières. Easy… C’est l’heure de fêter ça au bord du lac, les canettes sont dans l’eau fraîche. Nicolas prépare la canne et sa mouche. Ca va fouetter.

Sans grand succès finalement. Heureusement, on ne comptait pas sur la pêche pour se ravitailler. A ce stade de l’expérience, je n’ai toujours pas vu la moindre bribe de présentation Powerpoint. Et je crois que ça attendra… mon retour par mail. Pas le temps de pavoiser, il faut préparer le feu de camp et prend des forces pour la suite…

 

 

Avant le retour à la réalité…

Jeudi matin, on se réveille à l’aube. Le temps de remballer tout notre package, nous voila en selle pour la partie finale. Direction Andorre la Vielle par le GR7. Mais avant ça, il nous faut gagner le Collada de Prat Primer, via une succession de montées raides et techniques, voir des portages. Ou plutôt des poussages.

On tombe les rapports en bas de cassette, on active le mode piéton, on maintient la gâchette inférieure enfoncée et le Meta Power se met en marche, tout seul assisté jusqu’à 6km/h. Indispensable mode piéton dans ce genre de situations…

Nous voila enfin sur le GR7 et ses splendides enfilades en forêt. Le vélo me régale. Super stable, il n’en demeure pas moins ludique, vif et réactif dans les changements de cap. Aucunement l’impression de piloter un char d’assaut pataud. Lorsque ça commence à tricoter, dans la pente, le vélo permet de tourner court… Puis, à force, petit à petit, la ville et le retour à la civilisation sont en vue…

 

 

Verdict

Commençal a fait un pari osé pour son premier VTTAE tout-suspendu, loin de la tendance au tout intégré. C’est d’ailleurs le principal reproche, consécutif à la présentation, que l’on a pu relever çà et là. Mais on doit bien l’admettre, sur le terrain, c’est une toute autre histoire et un pari réussi. Du très bon plutôt que du très beau.

Le Commençal Meta Power est un vélo bien né, facile à appréhender mais qui n’a pas été imaginé pour faire le boulot dans le technique à votre place. De par son montage et son ADN, il ne demande qu’à jouer, sauter, se placer, rouler fort et vous faire sortir de votre zone de confort. Plus vous en ferez, plus il vous encouragera. On reste cependant quelque part entre un VTTAE All Mountain et un Enduro. Un All Mountain au gros coeur…

Ce n’est donc pas un VTTAE que l’on peut qualifier de gros vélo. Et pour ceux qui forcément auraient tendance à les opposer, on peut d’ores et déjà vous répondre que ce n’est pas un concurrent direct du « gros » Spe Kenevo, dont la prise en main est à suivre d’ici quelques temps ! Le Commençal Meta Power n’est pas là pour faire le job à votre place, mais bien pour vous inciter à vous y atteler comme il se doit 😉 Question donc de tempérament, comme souvent…