Il y a quelques temps déjà, Specialized faisait une entrée remarquée sur le marché du VTT à assistance électrique. Visuellement, l’intégration était une première ou presque, et à l’usage, l’agilité constituait une belle avancée. 

Reste que cette dernière, prometteuse, amenait le Specialized Turbo Levo à en faire plus que prévu, allant malgré lui vers la difficulté : au delà de son programme Rando/All Mountain d’origine. Son train avant devenait l’élément limitant de ce best-seller au succès fulgurant. 

Puis, en septembre dernier, nouveauté : le Specialized Turbo Levo évolue, avec notamment des promesses en matière de répartition des masses, et d’évolution élargissant son spectre d’usage. Promesses tenues ?! VTTAE.fr a mené l’essai pour avoir la réponse..!

 


Temps de lecture estimé : 10 minutes


 

Au sommaire de cet article :

 

 

Specialized Turbo Levo Comp Carbon

  • Destiné à l’usage All Mountain
  • Roues en 27,5 + ou 29 pouces 
  • 150/150mm, Fox DPS Perf. + 34 Rythm Grip
  • Triangle avant carbone, arrière alu
  • Reach de 455mm en taille L, offset normal
  • Motorisation Specialized 2.1, 500Wh
  • 45km & 1350m D+ env. intermédiaire / i3 perso

  • Roval Traverse 29 30mm
  • Butcher 29×2.6 Grid Gripton
  • Sram Guide RE en 200/200mm
  • 7 modèles, 4 tailles, 4599€ à 11299€
  • 21,08kg, L, sans pédales, pneus tubeless 29
  • Dispo immédiate 
  • Fiche du vélo sur www.specialized.com

 

Première impression

C‘est une première impression flagrante par laquelle démarre cet essai : la très bonne agilité du Specialized Turbo Levo lorsqu’il faut tourner, et enchaîner les virages. Peut-être parce qu’au fil des essais, ça en devient une attente précise de notre part, sur laquelle nous sommes particulièrement attentifs.

L’essai, il y a quelques semaines déjà, du Thok Mig-R nous avait éclairé à ce sujet. La découverte de l’Intense Tazer également. Mais c’est aussi les impressions de compagnons de sorties, calés dans la roue ou à qui l’on a confié le vélo quelques instants, sans dire quoi que ce soit à son sujet, qui confirment cette première bonne impression…

 

 

À quoi c’est dû ?

Reste qu’une impression est tout ce qu’il y a de plus subjective. Qu’est-ce qui, dans la conception ou le comportement du vélo, peut expliquer ce comportement, et étayer quelque peu cette impression ?! Ici, c’est un faisceau d’éléments qui joue en faveur du Specialized Turbo Levo.

Suspension arrière

En premier lieu, la suspension arrière qui confirme une caractéristique particulière au fur et à mesure des différents réglages utilisés : intrinsèquement, elle offre un maintien bien plus important que d’habitude, sur les précédents Specialized passés à l’essai.

Hauteur du boitier

Ce maintien permet au Specialized Turbo Levo d’opter pour un boîtier de pédalier relativement bas. A -27mm, la valeur est au dessus de la moyenne des VTT classiques Enduro de dernière génération en 29 pouces.

Le Specialized Turbo Levo couple ce choix à des manivelles courtes 165mm, mais globalement, on ressent que le boîtier est bas. Il arrive de toucher les pédales sur terrain chaotique, comme avec certains autres vélos au boitier plus haut, mais aux manivelles de 170 ou 175mm.

Répartition des masses

On pourrait alors craindre que le train avant, surchargé par une masse mieux soutenue derrière, déportée vers l’avant, souffre toujours plus. Pourtant non. Les évolutions en matière de géométrie et de répartition des masses semblent bien porter leurs fruits.

Raideur de l'ensemble

C’est posé sur la roue arrière, planqué derrière le cintre, accroché même au guidon, que l’on profite du maintien et de la vitesse générée par le vélo. Le voilà, et nous avec, à rouler vite, et à constater dans les portions défoncées que le châssis de la Fox 34 Rythm offre un prestation à la hauteur de l’instant. J’avais déjà eu cette impression à la prise en main du Specialized Stumpjumper Comp qui en faisait usage, j’en ai ici pleine confirmation.

Différentes paires de roues et pneus, de différentes raideurs, sont passées à l’essai avec le Specialized Turbo Levo. L’occasion de constater que c’est bien le cadre, en majorité, qui confère une très bonne précision au modèle Comp Carbon testé ici. Pour vulgariser, je dirais 70% du comportement, voir plus.

Format des roues

Resteraient donc 30% du comportement à attribuer aux roues. À ce sujet, le Specialized Turbo Levo est compatible 27,5+ et 29. Le retour du 29 pouces fait d’ailleurs débat, après la campagne de la marque en faveur du 6Fattie. Pour autant, le choix du 29 pouces me parait juste.

Le Specialized Turbo Levo a un tel caractère, vire de bord si facilement et prend, par lui-même, tant de vitesse, qu’il nécessite d’avoir des roues et pneus qui suivent. À ce petit jeu, même les meilleurs pneus 27,5+ du moment (Schwalbe Eddy Current & Michelin E-Wild) ne peuvent rien face à leurs homologues 29 pouces.

C’est bien en grandes roues, pneus à carcasses renforcées et réputées stables (Maxxis Double Down ou DH, Schwalbe Super Gravity…) que l’on tire pleinement parti des capacités du Specialized Turbo Levo. À ce jeu d’ailleurs, les roues Roval Traverse d’origine offrent le comportement nécessaire, les pneus Specialized Butcher Grid sont plus vite dépassés.

 

 

Comment ça se règle ?!

Ces paramètres, associés, forment donc un ensemble des plus cohérents, et a un avantage certain à l’usage : régler le vélo n’a rien de compliqué. 30% de SAG avant/arrière, détentes en milieu de plage, pas de compression… Sur les réglages de base communs au début de chacun de nos essais, le Specialized Turbo Levo offre un visage beau, et cohérent.

On peut, par-ci, par-là, jouer de quelques clics ou psi, mais globalement, le vélo n’y est de toute façon pas ultra sensible, et ne le requiert pas plus que ça. D’une pratique randonnée tranquille à un usage Enduro bien plus exigeant, le Specialized Turbo Levo ne demande pas un monde d’écart en matière de réglage. Sentiment d’un vélo abouti, ici…

RéglagesAvantArrière
SAG25 à 30%30%
Détentemi-course à 2/3 ouvertemi-course à 2/3 ouverte
CompressionsOuverteouverte
Tokens/calesd'origined'origine
MotorisationToutes configurations possiblesmode intermédiaire principalement

 

 

Comment ça se pilote ?!

Facile à régler, c’est aussi et surtout, un vélo qui exprime vite son tempérament, à tous les sens du terme. Voici d’ailleurs, plus en détail, les sensations et qu’en faire, au guidon du Specialized Turbo Levo…

En courbe

Sous toutes les formes – court, long, en appuis ou à plat – c’est bien dans les virages et leurs enchaînements que le Specialized Turbo Levo est un régal à piloter. Il sait tourner court : on peut donc entrer à l’intérieur, même tardivement, et taper dans l’appui, s’il y a.

Pour peu que l’on arrondisse davantage les trajectoires, le Specialized Turbo Levo permet de mettre de l’angle comme rarement. On peut donc, aussi, charger la poignée intérieure du cintre, tout autant que la pédale extérieure, et se planquer derrière le guidon, tant le vélo fuse vers l’avant.

Par ces deux compétences, le Specialized Turbo Levo permet de changer de rythme comme bon nous semble : le relever et changer de bord est une référence du moment, j’en viens donc à entrer fort dans les enchaînements, et balancer le vélo dans l’appui suivant… Un régal !

En l'air

C’est plutôt en l’air que le Specialized Turbo Levo montre ses limites. Pour tirer un bunny-up tout d’abord. On aimerait qu’il ait autant progressé dans ce domaine que pour tourner, mais l’embonpoint du VTTAE est toujours là. Et le vélo n’a pas une dynamique particulière qui aide, du moins pas autant qu’en courbe.

Une fois en l’air, ensuite, le Specialized Turbo Levo se montre sain, équilibré, dans le sens où il est stable avant tout. L’assiette prise au départ reste constante et, à l’inverse, est plutôt compliquée à corriger. C’est là, aussi, que l’on pourrait attendre du Specialized Turbo Levo qu’il progresse encore. On tatillonne un peu, le résultat est déjà sain, mais on sait les VTTAE encore capables de beaux progrès à moyen terme. Restons donc exigeants !

En côte

Pour l’heure, le Specialized Turbo Levo assoie aussi sa belle prestation sur ses capacités au coup de pédale, à la montée. Ici aussi, le très bon maintien de sa suspension arrière, couplé à une motricité respectée, en fond un vélo au très bonnes prestations.

Pour enfiler les kilomètres et/ou franchir le plus difficile, il suffit presque d’être bien posé sur la selle, et de profiter des bons appuis qu’elle procure. Quel que soit le format utilisé, la roue arrière ne reste jamais tanquée, la roue suit le sol, la suspension amortit et renvoie l’essentiel de la lecture du terrain pour ajuster la prestation du pilote : très bon compromis !

 

 

La motorisation

Après ces propos sur ce que vaut le Specialized Turbo Levo au pédalage, la transition est toute trouvée. Parlons motorisation. Elle aussi participe à la bonne prestation de l’ensemble. Beaux progrès effectués en matière de comportement… 

Silence...

La motorisation du Specialized Turbo Levo me semble en effet avoir bien progressé à l’usage. Elle est, en premier lieu, plus silencieuse au point même d’en devenir, à mes oreilles, la plus silencieuse de celles essayées jusqu’à présent. À son guidon, j’ai simplement l’impression d’entendre le moteur au loin, comme si j’entendais un autre vélo, à plusieurs mètres.

Puissance...

Pour autant, la puissance est au rendez-vous. Elle devient franchement concurrente, en valeur nominale, aux concurrents. Je la conçois pleinement pour un usage en compétition, là où je pouvais avoir quelques réserves par le passé.

Pour autant, la souplesse reste un critère bien présent et respecté sur le Specialized Turbo Levo. Même en boost, pas de coup de pied au c**. Il y a ce qu’il faut de progressivité dans la mise en oeuvre, et l’arrêt de l’assistance, pour que tout se fasse dans le confort.

... Et moult détails

Ces deux principaux critères replacent le Specialized Turbo Levo et sa motorisation dans le match, aux avant-postes du moment. Pour le reste, c’est dans les détails que ça peut encore se jouer…

 

 

Pour qui ? Pour quoi ?!

Souplesse de la motorisation, stabilité en l’air, capable de tourner même tardivement… On pourrait croire le Specialized Turbo Levo dédié à ceux qui débutent. Mais aussi agile, rapide et sain, il se prête tout autant à ceux qui aiment rouler fort. Mieux, il se prête facilement à passer de l’un à l’autre. Tout juste faut-il, par moment, ne pas se laisser griser par la vitesse qu’il est capable de prendre de lui-même.

C’est la raison pour laquelle je pense que Specialized tient ici un vélo qui peut convenir à beaucoup. Ça n’empêcherait pas de sortir des modèles plus spécifiques à certaines pratiques, ou à peaufiner le montage d’un Levo pour certains, mais c’est d’ores et déjà un des VTTAE les plus polyvalents qui m’ait été donné d’essayer au moment d’écrire ces lignes.

 

 

Vis-à-vis de la concurrence ?!

J’ose cette dernière affirmation en confrontant le Specialized Turbo Levo à la concurrence passée à l’essai. Sur bien des points, la comparaison tient face au Thok Mig-R qui a retenu notre attention. L’Américain aurait pour lui une agilité et capacité à planter des appuis légèrement supérieurs, ainsi qu’un meilleur maintien au pédalage ?!  L’Italien, reste, pour le coup, une référence en l’air, pour décoller et/ou corriger l’assiette…

En la matière, et plus largement les roues au sol, le Specialized Turbo Levo a pour lui une stabilité et un équilibre proche de ce que les BMC TrailFox et Moustache Samedi 27 Trail peuvent offrir à haute vitesse notamment… Tout en étant plus agile quand la trace se complique, entre les arbres notamment. Dernières observations utiles à faire du Specialized Turbo Levo un tout bon du moment !

 

 

En conclusion

Il est donc l’heure de conclure cet essai. Question fatidique : pourquoi voudrait-on le garder ? 

“Le Specialized Turbo Levo faisait des promesses à sa sortie : promesses tenues ! Par un ensemble cohérent de progrès, il réussi à élargir son panel d’action. Clairement LE polyvalent du moment. Un beau vélo, passe partout et capable de tout, ou presque, qu’il est forcément bon d’avoir sous la main !”

 

 

Positionnement & usage

En synthèse, le tableau de positionnement et d’usages permet, en un seul coup d’oeil, de saisir les capacités du vélo. (rafraîchir la page si le tableau ne s’affiche pas)

Comparer à celles des autres vélos à l’essai permettra de répondre à l’éternelle question > que vaut-il par rapport à d’autres ?! Rendez-vous prochainement sur la page du Comparateur d’essais VTTAE.fr pour en savoir plus…

Article lu 11 905 fois. Merci !