Jeudi 14 juin, il est 20h, nous voila arrivés à Primelin, après 11h d’un long périple depuis la vallée du Rhône. L’équipe VTTAE.fr/Endurotribe débarque ce soir-là en Finistère, accompagnée de Simon André (Orbea) et Altino Lourenco (SRAM) pour rencontrer Léo Bontonnou, le gagnant du premier épisode de notre concours Incrustational Orbea SRAM…

 


Temps de lecture estimé : 9 minutes – Texte & photos : VTTAE.fr


 

 

Comment nous en sommes arrivés là

L‘Incrustational est un projet né courant 2010, à l’époque sur le magazine interactif Endurotribe, avec l’idée de partir à la rencontre de nos lecteurs, dans la vraie vie, sans filtre ni préparation. On débarquerait chez vous avec un pilote, le temps d’une journée se laissant guider pour découvrir et partager votre terrain de jeu habituel. Ni plus, ni moins.

 

Fin mai 2018, le concours Incrustational est finalement depuis devenu réalité, avec le soutien des marques Orbea et SRAM, ou plus précisément leurs représentants français, Simon et Altino.

Parés à se jeter dans l’inconnu, l’aventure à la rencontre de nos communautés de lecteurs.

Il nous faut maintenant sélectionner deux gagnants, en vue d’un épisode électrique typé All Mountain pour VTTAE.fr et un plutôt Enduro en VTT classique pour Endurotribe.

 

Parmi la centaine de candidatures réceptionnées, garnies et motivées – dont deux féminines – c’est Léo qui sort du lot à l’arrivée. Avec une lettre de motivation pleine de bons ingrédients : l’envie de partager, de l’humour, un chouette territoire agrémenté de pincées de terroir. Une bonne partie de bicyclette à n’en plus finir qui s’annonce, au “fin fond” de la Bretagne…. Candidat aux deux épisodes, l’intuition de l’équipe nous guide à choisir l’option VTTAE.

Le temps de réaliser les deux épisodes et d’harmoniser le contenu – l’opus VTT Enduro venant d’avoir lieu fin octobre dans le Pilat chez David – nous voila fin prêts à vous compter cette première aventure bretonne…

Originaire de Primelin, Léo à 21 ans et vient de terminer sa licence en Biologie Marine à Brest.

Bienvenue chez lui !

 

 

Mise en bouche

A peine arrivés, à peine attablés. Nous voici jeudi soir, reçus comme des ducs… de Bretagne, dans la maison familiale. Cuisto de métier, Papa “Christophe” s’affaire aux fourneaux.

Notre aventure démarre de belle manière par un Bar en croûte de sel fraîchement pêché du Raz de Sein et une dégustation de bières. Le temps de refaire le monde (du VTT), la soirée est déjà terminée.

 

Vendredi matin, de bonne heure et de bonne humeur, après une nuit à l’hôtel en bord de mer, l’équipe rejoint Léo et son frère Mathys qui nous accompagnera durant la matinée.

 

 

Afin de profiter pleinement du moment, on prend le temps de régler finement nos flambantes montures fraîchement équipées. Des tout-suspendus Orbea Wild FS full SRAM disponibles au choix en 27,5+ et en 29 pouces.

 

 

Le point de départ de la journée se fait à Audierne au bord du Goyen. Le programme de la matinée, pour se mettre en jambes, est plutôt typé “rando” sur 17km et 180m de dénivelé positif. Ce sera la première réelle expérience de Léo en VTT à assistance électrique.

 

 

Nous voila partis, longeant les berges du fleuve côtier. Aucun des membres du staff ne connaissait la Bretagne à VTT et force est de constatée que d’entrée de jeu, on s’y régale. Le bois de Locquéran nous offre son lot de jolis sentiers sinueux et vallonnés, le tout agrémenté de racines, de ponts en bois et d’incroyables lits de fougères. On profite de l’occasion pour sectionner un arbre tombé en travers du passage.

 

Certains passages ressemblent à s’y méprendre aux forêts de la côte Ouest nord-américaine. En moins loin ! Quoi que.

 

 

Le sourire aux lèvres, nous poursuivons ainsi jusqu’à Pont-Croix. Les pauses photos s’enchaînent au gré des sentiers. On est plutôt bien inspiré !

 

 

Nous atteignons maintenant un petit bois, spot de “Descente” local où quelques virages relevés et passerelles subsistent. Descentes en groupe et autres tirages de bourre s’improvisent au fil des photos.

 

 

Poursuivant notre périple à la découverte du terrain de jeu de Léo, on traverse les bois de Lannéon puis de Suguensou. A ce moment, on doit bien avouer que Mathys, le frèro, à VTT mais sans assistance, commence à traîner la langue… 😉

De retour sur Audierne par l’autre rive du Goyen, on immortalise la matinée dans le (très très vaseux) cimetière à bateaux.

 

 

Il est déjà 14h, l’heure du ravitaillement, en terrasse, choyés par la famille de Léo.

 

Plein les yeux

Le ventre bien plein, et pleins d’entrain, nous attaquons vers 16h la seconde partie de l’aventure. Une belle randonnée côtière très photogénique, concoctée par Léo, à la découverte des différentes pointes les plus occidentales du littoral.

 

 

La joyeuse troupe redémarre de Primelin en direction de la Chapelle de St Tugen, pour rejoindre la vallée de Kerscoulet via une succession de pistes humides en alternance à travers bois et prairies.

 

 

De beaux sentiers nous mènent jusqu’à la côte Nord du Cap Sizun et la pointe de Penharn. De là, le superbe sentier côtier des Douaniers serpente au fil des reliefs escarpés de la côte avec vue sur le Cap de la Chèvre (Sud de Crozon), la pointe de Penhir (Ouest de Crozon) et la pointe Saint Mathieu. En terme de pilotage, le périple n’est pas de tout repos avec un relief en montagnes russes.

 

 

Passées les pointes de Brezellec et celle de Castelmeur, nous rallions la pointe du Van et la baie des Trépassés. On profite de ce hotspot à surfeurs pour immortaliser quelques actions sur les traces qui parsèment les dunes.

 

 

Nous prenons maintenant la direction de la célèbre Pointe du Raz et de son sémaphore.

 

On shoote les photos statiques du vélo de Léo avant d’entamer le retour en longeant la côte de Plogoff via les ports de Feunteun Aod puis de Pors Loubous.

Avec nombre d’aller-retours pour les besoins du reportage photo, nos batteries commencent à se vider dangereusement. La fin de journée est passée à une allure folle, tout comme les 40 km et 900m de dénivelé positif… Il est déjà 21h, il fait grand jour et nous sommes encore à VTT en train de nous éclater. Mais toutes les bonnes choses ont une fin, il va falloir rentrer.

Nous croisons la Chapelle Notre Dame de Bon Voyage pour conclure notre virée sur les galets de la plage du Petit Loch.

 

 

Reste un élément essentiel à préciser à posteriori pour (bien) conclure, malgré l’incroyable engouement collectif. Bien qu’en saison creuse sans personne à l’horizon et des allées de sentiers très refermées, on est bien obligé de l’assumer renseignements pris, par arrêtés, certaines de nos traces côtières empruntées (GR34) sont belles et bien interdites toute l’année au vélo… Notamment parce que naturellement fragiles, très fréquentées l’été par les promeneurs pédestres mais aussi de par la topographie très étroite et escarpée, loin d’être à la portée du niveau de tous les vététistes.

Bon, faute avouée, faute à moitié pardonnée, avec notre groupe de pratiquants “avertis”, on doit bien dire que l’on s’est (vraiment !) régalé durant cette grande après-midi… Surtout avec l’assistance électrique.

 

 

Portfolio bonus de l’aventure

 

 

Le vélo de Léo

Léo, comme l’ensemble de la joyeuse troupe, avait à sa disposition à l’occasion de l’Incrustational breton un VTTAE Orbea Wild FS, équipé spécifiquement “à la carte” de composants et périphériques issus du fourni catalogue du groupe SRAM.

 

 

 

 

 

Kenavo !

Rétrospectivement, on s’est quand même jeté un peu à l’aveugle dans l’aventure de ce premier Incrustational Orbea SRAM, en faisant confiance à notre intuition et surtout à notre hôte. Cela aurait pu mal tourner, être décevant pour un tas de raisons, puisque que l’on n’a pas forcément tous la même base de référentiel lorsqu’il s’agit de sentiers et de VTT.

Mais là, la magie a opérée, ce premier épisode a mis la barre très haute ! Ce sont des images pleins les têtes, agrémentées de belles rencontres, d’hospitalité, de générosité, de spontanéité, que nous quittons la Bretagne heureux. Et à la fois presque tristes de ne pas poursuivre quelques jours de plus.

L’Incrustational est dans le vrai et il a été inauguré de la plus belle des manières. Merci Léo, merci à toute ta famille pour ce bon moment de partage. Kenavo !

Pour refermer ce premier opus, à la fois historique et inoubliable, on laisse le mot de la fin à Léo…

“Le mot de la fin. Avant ça, résumé des événements. 23h un soir de mai, réviser ses partiels qui approchent, faire une pause de 10 minutes avec les news vélo du jour. Passer sur Endurotribe et découvrir l’Incrustational, tenter sa chance et voir sa pause de 10 minutes durer plus de 1 heure a écrire pour cette superbe journée.

Tout ça pour se réveiller un beau matin avec des VTTAE partout dans mon garage. Se rappeler que la veille j’ai reçu chez moi 4 personnes que je connaissais que par leur article ou leur photo sur internet mais après un bon repas ce n’était plus 4 personnes mais 4 prénoms : Quentin, Thomas, Simon et Altino. En ce matin d’une journée qui s’annonçait belle en ride, il ne restait qu’à régler le vélo et servir de guide sur mes singles et profiter de la journée.

Seulement 8h du matin mais déjà la banane jusqu’aux oreilles et je ne l’ai pas perdu de la journée. Jouer au bûcheron, essayer de ne pas perdre sa chaussure dans la vase, se transformer en petite boule rouge, se tirer la bourre, rigoler et tant d’autres choses mais surtout partager cette journée de ride avec des passionnés et des pros.

Voila ce qui ma laissé cette banane durant toutes cette journée, tant de souvenirs que je ne risque pas d’oublier. Quentin, Thomas, Simon, Altino le voici mon mot de la fin : Merci.” – Léo

Article lu 2 913 fois. Merci !