Il en avait le débattement, un peu le comportement, et bien il en a maintenant le look et la couleur… Un vrai panzer ! Voila, pour tout vous dire, mon premier sentiment en juin dernier à la levée de rideau du nouveau Kenevo.

Quels sont les axes de travail de Specialized ? De quelles évolutions le Kenevo bénéficie-t-il ? Éléments de réponse avec notre présentation détaillée du Specialized Turbo Kenevo 2020 !

 


Temps de lecture estimé : 6 minutes – Photos : Dylan Dunkerton / Harookz / Specialized


 

 

Jusque-là

Deux ans à peine après avoir dévoilé son gros bébé, marché du VTT en pleine effervescence oblige, Specialized fait déjà évoluer son Turbo Kenevo.

Savant mélange à l’époque entre un Levo de génération 1 et la fameuse architecture en X de l’Enduro , le Kenevo (alu uniquement) dispensait jusque-là 180mm de débattement articulé autour de roues de 27,5 pouces chaussées de pneus + en 2.8 de section.

Couplée à la motorisation Brose / Specialized 1.3, on pouvait avoir selon la version (Comp ou Expert) une batterie intégrée de 460 à 504Wh.

Même s’il pouvait paraître surdimensionné pour beaucoup de gens, on peut confirmer que le Kenevo avait un certain sex-appeal et capital sympathie, notamment dans sa livrée la plus haut de gamme (en noir !) et amortisseur Ohlins TTX22M.

La version actuelle a d’ailleurs eu droit récemment à un dernier baroud d’honneur avec VTTAE.fr à l’occasion de notre concours S’Potes avec Greg Noce à la rencontre de la communauté du Mont Poupet Bike-Park

 

 

Specialized Kenevo 2020

  • Usage Enduro / DH
  • Roues en 27,5 pouces
  • 180/180mm AV/ARR
  • Triangle avant & arrière alu
  • Reach de 495mm en taille S4, offset 42mm
  • Pneus Spe Butcher BLCK DMND 2.6

 

Quoi de neuf !?

Voyons voir ce que ce nouveau Kenevo nous réserve, sous toutes les coutures et soudures…

 

Nouveau look

Au premier coup d’oeil, on pourrait s’y méprendre tellement le châssis du Kenevo est esthétiquement proche des lignes de son aîné, le Levo 2 alu. Fini l’architecture X-Wing, place au dessin Sidearm asymétrique initié sur le Stumpjumper puis décliné sur le Levo.

Question de look, de filiation mais aussi de poids ! Au passage, le Kenevo s’offre une belle cure d’amincissement : -1kg, rien que sur le cadre en aluminium…

 

Nouvelles motorisation et batterie

… Et 400g supplémentaires, en moins, grâce au nouveau bloc moteur en magnésium.

Comme on pouvait s’y attendre, le Kenevo nouveau se pare de la motorisation Brose Drive S Mag (90Nm de couple), plus légère, plus compacte, plus souple et plus puissante. Comme sur le Levo, elle est rebaptisée Specialized 2.1, avec une cartographie moteur qui est propre à la marque californienne.

Le vélo adopte aussi les batteries intégrées actuelles du Levo, en versions 500 et 700Wh, soit une autonomie qui progresse de 40% d’une génération à l’autre sur le modèle Expert.

 

Nouvelle géométrie

Sur le papier, le Kenevo voit large et s’encanaille. Chaque taille gagne 25mm de longueur de Reach, un tube de selle (77°) qui se redresse de 2° et une chasse qui s’en va droit vers l’avant à 64°.

Les tubes de selle restent malgré tout relativement contenus et permettent via la nouvelle charte de tailles – de S2 à S5, d’avoir le choix entre deux tailles selon ses attentes et son style de pilotage.

 

Nouvelle cinématique

On y faisait référence tout à l’heure, certes le Kenevo ne copie pas l’allure du nouvel Enduro mais il s’en inspire par ailleurs largement en matière de cinématique.

Il conserve ses 180mm de débattement, à l’avant comme à l’arrière, mais propose un fonctionnement de suspension optimisé. Sans rentrer dans les détails ici sur VTTAE.fr, que l’on a détaillé par ailleurs sur Endurotribe avec l’Enduro 2020, Specialized a planché sur les mêmes axes de travail : une trajectoire de roue arrière spécifique qui recule, un ratio plus élevé en début de course et davantage de progressivité.

Tout cela dans l’optique de rendre le nouveau Kenevo plus nerveux avec une excellente capacité de conservation de vitesse à l’impact.

On termine la partie suspension en soulignant que Specialized équipe désormais ses vélos d’un amortisseur standard, sans fixation spécifique qui limiterait le choix du client. Désormais du metric en 62,5x230mm.

 

Des composants pour envoyer du gros

Si vous en doutiez encore, oui le Kenevo est fait pour envoyer du gros ! Et dans cette optique, Specialized n’y est pas aller par quatre chemins côté équipement : une fourche double té pour rigidifier l’avant sur l’Expert et lui conférer un look d’enfer (ou pas…), des roues Roval “DH” 32 rayons, des pneus costauds, un cintre large en 800mm, une potence courte, des disques en 200mm…

Revers de la médaille, avec des composants plus costauds, malgré le gain de poids du châssis, les poids des montages finaux restent relativement proches sur la balance.

On notera au passage que Specialized abandonne son concept de tige de selle inclinable WU post qui était justement apparu sur le premier Kenevo.

 

 

Qu’en penser ?!

Esthétiquement c’est plutôt réussi (finalement), à y regarder de plus près et sous différents angles. C’est complètement atypique, la fourche double té peut faire son effet de char d’assaut, et c’est non sans rappeler d’ailleurs une déclinaison du Cannondale Moterra. Une nouvelle tendance se profile ?!

Et à la fois, sur le papier, on resterait presque sur notre faim, on se dit que c’est un peu dommage, que ça manque d’un peu d’audace, d’un design qui lui serait propre, éloigné du Levo. À l’image de la nette démarcation qui existe désormais entre Stumpjumper et Enduro 2020. Le Levo est un super vélo, il a bonne presse, une bonne image, il se vend bien, pourquoi s’en priver me direz-vous

Maintenant sur le terrain, ça semble plutôt prometteur. Premièrement, dessus, le Kenevo n’est pas démesurément grand. Testé en S4 (pour 1,78m), je m’y suis retrouvé “comme à la maison” et j’ai particulièrement apprécié la position de pédalage selle haute et redressée. C’est paradoxal mais bien que plus agressif, le Kenevo semble gagner en polyvalence.

La grande majorité de notre parcours de test à Northstar (Californie) surplombant le lac Tahoe, loin du bike-park, était typée All Mountain. C’était beau, ça a permis de faire de belles photos dans la poussière mais quand même, c’était très lisse et peu pentu. Et loin d’être technique. Du coup, revers de la médaille, on ne va pas vous vendre une prise en main sur VTTAE.fr qui ne serait pas représentative du programme du vélo, sur des parcours que l’on a testé deux jours plus tôt en semi-rigide de XC…

Bref ce n’est que partie remise pour tenter de répondre aux questions en suspens : à qui se destine vraiment ce Kenevo ? Avec son look “clivant”, trouvera-t-il son public ? Car peu de temps après le Kenevo, j’ai eu l’occasion de rouler durant toute une semaine un Levo Comp 29 “de base” à l’occasion du Grand Rallye TransVerdon, et quand on voit ses capacités en montagne, les doutes m’habitent

 

 

En aparté – La gamme

Pour les marchés francophones, la gamme 2020 se compose de deux déclinaisons disponibles (Expert et Comp) chacune dans deux coloris…

Article lu 7 745 fois. Merci !