Depuis quelques temps maintenant – peu ou prou la majorité des 8 saisons déjà passées – Moustache bénéficie d’un rôle de leader sur le marché VTT à assistance électrique. Et ce, pour des raisons assez limpides sur lesquelles se fondent cet article. 

Que réserve la saison 9, gamme Moustache millésimée 2020 ?! La question a d’autant plus d’importance que cette année, Bosch – partenaire moteur historique de la marque française – renouvelle sa motorisation phare, très présente sur les vélos vosgiens. 

On a donc pris le chemin d’Epinal pour en savoir plus. Où en est l’entreprise ? Quelles qualités intrinsèques cherche-t-elle à préserver ? Comment ça se traduit dans les Moustache Samedi Wide, Trail et Game 2020 ? Quel est le premier goût à l’usage ?! Moteur… 

 


Temps de lecture estimé : 10 minutes – Photos : Moustache & VTTAE.fr


 

Au sommaire de cet article :

 

 

Jusqu’ici…

À l’heure des nouveautés, l’exercice est toujours le même : quelles sont les forces ou faiblesses de la marque, gamme ou référence que l’on nous propose de renouveler ?! Ici, d’abord celles d’une entreprise française qui a le vent en poupe, et affiche des chiffres de croissance intéressants.

Plus 30% par an, bientôt 100 salariés, 45 000 vélos prévus pour l’exercice en cours… Et une nouvelle usine à deux pas d’Epinal, qui, au fur et à mesure de son développement, doit permettre d’atteindre 100 000 vélos d’ici cinq à dix ans.

Les forces et faiblesses des précédentes plateformes ensuite, à plusieurs reprises passées à l’essai dans nos colonnes.

En synthèse, une certaine application à développer des vélos aboutis à plusieurs égards : dans la fine adaptation des composants sélectionnés, la méticuleuse pertinence qu’un vélo Moustache doit avoir à l’usage, et le total dévouement à la pratique électrique qui impose une certaine exemplarité des performances.

Pour autant, au fur et à mesure des saisons, les plateformes VTT “Hidden Power” introduites fin 2016, ont fini par prendre de l’âge. En matière de géométrie, avec seulement trois tailles proposées sur certains modèles clés. En matière de comportement, avec parfois, des vélos devenus plus patauds par rapport à la concurrence…

 

 

Un vélo pour chacun

Dans ces conditions, les axes de développements de la saison Moustache, saison 9, semblent tout à fait à propos. À commencer, par une vue globale sur la gamme VTT tricolore, qui propose clairement un vélo électrique pour tous, ou presque…

Moustache Samedi 26 Off, pour les jeunes...

Honneur aux plus jeunes, avec le Samedi 26 Off qui évolue par rapport à la précédente version passée à l’essai chez nous.

Désormais, la batterie est intégrée au cadre, via le tube oblique Hidden Power que l’on connaissait jusqu’ici, placé tête en bas… 

Moustache Samedi 26 Off – 2399€ – Disponible en septembre 2019

 

Moustache Samedi 27 Off

Honneur ensuite aux petites bourses qui souhaitent s’offrir un vrai VTT, sans pour autant dépenser une fortune. L’économie d’une suspension, mais pas de sensations de pilotage, pouvant dans ce cas être une solution intéressante…

En fonction des niveaux de gamme, des motorisations Bosch Performance Line Gen3 ou Performance Line CX qui ont de petits impacts esthétiques sur l’intégration de la batterie par le dessus, ou le dessous du tube oblique.

Moustache Samedi 27 Off 2/4 – 2699 & 3799€ – Disponibles en octobre 2019 et janvier 2020. 

 

Moustache Samedi 27 Off Open

Avec cette nouveauté, Moustache tente de démocratiser plus encore la pratique du VTT, au sens large…

L’idée ici, s’affranchir du tube supérieur pour permettre de sauter du vélo plus facilement en cas de difficulté d’équilibre…

Moustache Samedi 27 Off 2 & 4 Open – 2899 & 3799€ – Disponibles en octobre 2019 et janvier 2020. 

 

Moustache Samedi 27 Wide

En matière de modèles, c‘est LA grosse nouveauté de la gamme VTT Moustache 2020. Le Moustache Samedi 27 Wide s’inscrit pleinement dans la tendance actuelle des randonneurs ludiques que l’on passe régulièrement à l’essai ces derniers temps, au milieu des Canyon Neuron:On, Scott eStrike, Focus Thron pour ne parler que des plus en vue…

En quoi le Moustache Samedi 27 Wide s’incrit dans cette tendance ? Par son débattement contenu à 120mm, et sa géométrie résolument courte et confortable qui veut rendre la pratique avant tout accessible…

Moustache Samedi 27 Wide 2, 4 & 6 – 3999€, 4599€ & 5199€ – Disponibles en novembre 2019. 

 

Moustache Samedi 27 Trail

Lui, on le connait. C’est le modèle phare de la gamme Moustache. Il a remporté les lauriers à plusieurs reprises et, nombre de fois, il s’est montré le plus polyvalent des vélos sportifs de la gamme.

Cette saison, il fait dans la continuité en matière de positionnement en terme de pratique, mais bénéfice des évolutions phares du millésime 2019…

Moustache Samedi 27 Trail 4, 6, 8 et 10 – 4499€, 5399€, 5999 et 6999€ – Disponibles en novembre/Décembre 2019. 

 

Moustache Samedi 27 Game

D’une certaine manière, le Moustache Samedi 27 Game est le remplaçant des modèles Race des précédentes saisons…

160mm de débattement, roues de 29 pouces… Il vise une pratique clairement Enduro et engagée, où précision et vitesse sont les maîtres mots !

Moustache Samedi 29 Game 4, 6, 8 et 10 – 4999€, 5599€, 6299€, 7499€ – Disponibles en décembre 2019. 

 

 

Dans les détails…

Voilà pour l’aperçu exhaustif de la gamme. Entrons désormais plus en détail sur les principaux points de développements qui font la réelle consistance des nouveautés 2020. Motorisation/intégration, Cinématique, Geométrie, matériaux… Les points cardinaux y passent !

Motorisation/Intégration

Les Moustaches Samedi 27 Off, Wide, Trail et 29 Game disposent désormais de la nouvelle motorisation Bosch Performance CX présentée par le motoriste allemand il y a peu. Outre les évolutions et performances de cette assistance, à lire par ailleurs, Il est intéressant de noter en quoi son adoption sert les Moustache concernés, et comment, une nouvelle fois, les Vosgiens vont au-delà de ce que propose le motoriste pour être plus pertinents encore dans la pratique…

De cette manière, Moustache reste fidèle à son discours au moment de travailler l’intégration il y a trois ans déjà. À l’époque précurseur, le bureau d’étude vosgien le reste, dans le raffinement cette fois-ci. Surtout, il continue à parler d’un centre de gravité optimisé, rabaissé au maximum malgré la looongue batterie, là où l’effort semble avoir été parfois abandonné par d’autres.

 

Géométries

Un effort d’autant plus intéressant qu’il permet de continuer à proposer des petites tailles qui ne soient pas difformes. À ce propos, les cadres des Moustaches Samedi Wide, Trail et Game sont désormais disponibles en quatre dimensions au lieu de 3.

L’occasion de ré-étager un peu les tailles alors que dernièrement, les hauteurs de tube de selle pouvaient parfois poser soucis. L’occasion aussi de redresser les angles de selle, aussi, pour des positions de toute façon globalement plus centrées sur le vélo. À la fois pour rester compétitif à la montée, tout en raccourcissant légèrement les bases…

Des initiatives rendues possibles par le parti pris de proposer la saison 9, gamme 2020 Moustache, intégralement en aluminium, dans un premier temps du moins. Nul doute que le travail de déclinaison en carbone reste à l’esprit des têtes pensantes de la marque, mais pour l’heure, les capacités de développement de la jeune entreprise devaient nécessairement se concentrer sur l’adaptation de près de 80% de la gamme aux nouvelles motorisation Bosch…

 

Cinématique

Se rendre compatible avec la nouvelle motorisation Bosch, une nécessité autant qu’une opportunité. Celle de profiter du mot d’ordre qui synthétise nos premières impressions à son sujet : la fidélité. À ce que Bosch nous avait habitué, et aux sollicitations qu’on lui adresse au pédalage.

Pas de trou, pas de coupure, pas de coup de boutoir, toujours très fidèle à la force déployée, un mode turbo plus exploitable… On pourrait croire à une opportunité facile à saisir, et pourtant, le risque pour un cadre doté d’une suspension arrière reste entier : celui que la suspension entre en interaction via les effets de chaîne.

En l’occurrence, Moustache a clairement identifié que par moment, les précédentes générations pouvaient parfois “fléchir” de trop lors de certaines compressions, au point que la tension de chaîne profite plus à l’enfoncement de la suspension qu’à la rotation de la roue arrière. Des moments, donc, où le vélo se tasse, s’arrête et où le moteur lui-même perd le fil. On pourrait presque parler de calage temporaire.

Qui plus est, le nouveau moteur Bosch et son plateau bien plus gros nécessite de modifier les points d’ancrage pour continuer à maîtriser ces fameux effets de chaîne…

Globalement, ces initiatives permettent d’avoir un anti-squat mieux géré et plus constant tout au long du débattement, limitant les variations de tensions de chaîne qui pourraient mettre le moteur en difficulté.

Une attention particulière renforcée par les derniers développements de l’amortisseur Moustache. Toujours doté de son travail soigné sur les détentes hautes et basses vitesses, il adopte aussi, désormais, un volume d’air plus important via une tête trunnion spécifique…

 

 

Prise en main

Voilà donc, qui, sur le papier, s’avère à la fois fidèle et logique. Qu’en est-il sur le terrain ?! La différence est-elle perceptible ? Dans quelle mesure ?! C’est ce à quoi j’ai pu commencer à m’atteler l’espace de quelques boucles d’essai sur les hauteurs d’Epinal. En alternant Moustache Samedi 27 Trail et Game de développement, les deux seuls disponibles en taille L à cet instant.

À savoir qu’au moment de rouler ces vélos, je n’ai pas encore obtenu d’information de la part des équipes Moustache dont Paul et Clément, qui m’accompagnent. L’idée étant plutôt que je me forge ma première impression, plutôt que d’orienter a priori, mes observations.

Support en hausse

Première impression qui saute aux yeux : le maintien de la suspension arrière. Pas de doute, ça se tient. Aucun débattement utilisé de manière abusive ou d’oscillation parasite. Dans l’esprit, je fais un lien entre la nouvelle cinématique Moustache et les progrès notés sur les Mondraker Foxy 29 et Orbea Occam ces derniers temps, le poids d’un VTTAE en plus : très actives, elles ne plongent pas et reviennent en place très vite.

 

Propulsion supplémentaire ?!

A la montée, cette dynamique particulière confirme ce que j’écrivais plus haut : l’idée d’éviter au moteur Bosch les occasions de tasser la suspension. Sur les racines vosgiennes, j’ai d’abord l’appréhension d’avoir à compenser des mouvements parasites, un vélo qui se tasse ou se tanque, de manière un peu aléatoire. Mais rien !

Tant et si bien qu’au bout de quelques minutes, j’arrête de chercher à anticiper/compenser. Je me pose plus tranquillement sur la selle, et y reste, les derniers Moustache faisant le reste. Dans ces conditions, la subjectivité est plus que jamais d’actualité. En l’occurrence, le contraste entre le comportement attendu/obtenu peut suggérer que la suspension participe à la propulsion du vélo.

Une vision un peu abusive de la situation, mais qui permet néanmoins de mesurer les progrès effectués. Disons plus pragmatiquement qu’une fois de plus, les Moustache s’approchent plus encore d’un comportement idéal…

 

Amortissement à toute épreuve...

D’autant que lors de cette prise en main, une autre caractéristique de cette suspension mise à jour me saute aux yeux : sa très bonne capacité d’amortissement. J’entends par là l’absence en toute circonstance de mouvement d’oscillation une fois les suspensions détendues à la suite d’une compression.

Un seul mouvement de détente suffit à dissiper l’énergie, et à retrouver une assiette stable et saine. pas de rebond intempestif, au point de me donner très vite confiance sur certains sauts un peu aveugles ou engagés, abordé à froid, sans repérage. Et à plusieurs reprise, la suspension Moustache et son amortisseur qui ne paie pas de mine font des merveilles en la matière.

 

Pour mettre de l'angle...

C’est finalement là que se situe le premier écart entre Moustache Samedi 27 Trail et Race. Diamètres des roues, dimensions des pneus, angles de direction et offsets de fourche font la différence. C’est, du moins, la plus évidente qui me soit apparue lors de cette courte prise en main.

Le Moustache Samedi 27 Trail me parait plus à propos lorsqu’il s’agit de rouler tête en l’air et finalement, coucher le vélo au dernier instant pour tourner. Quelque part, il accepte le retard de timing que l’on peut avoir avec un VTTAE toujours un peu lourd à manœuvrer entre les arbres…

Là où le Moustache Samedi 27 Game demande plus de constance pour tracer des courbes plus rondes, plus coulées, préparées… Un petit temps d’adaptation est nécessaire pour lui faire prendre autant d’angle, si ce n’est finalement plus, que son petit frère. Mais on sent ici que ce sera une prochaine fois, avec plus de vitesse et d’engagement, que se fera vraiment la différence !

 

 

Qu’en penser ?!

Pour une entreprise récente, Moustache ou pas, le piège aurait pu être grand : celui que son partenaire motoriste unique décide de faire évoluer sa motorisation phare, obligeant l’entreprise à suivre le mouvement coute que coute pour rester dans le coup, ou du moins, dans le peloton de tête.

À ce propos, les 80% de la gamme VTTAE Moustache impactés par la nouvelle assistance Bosch Performance CX en atteste. Pourtant, Moustache se prête avec brio à l’exercice. Pourquoi ?! Parce qu’en pareilles circonstances, il aurait finalement déjà été très bien de maintenir un certain niveau de performance, et de profiter des qualités de la nouveauté Bosch…

“Non content d’intégrer les nouveautés allemandes, Moustache sait en tirer parti, et les bonifier !”

Mais au lieu de ça, les Moustache Samedi 27 Wide, Trail et Game que j’ai découvert perpétuent surtout les valeurs propres à la marque vosgienne : des vélos dont le travail de développement démontre une application, un soin du détail et un bon sens au coeur de chaque décision. Non content d’intégrer les nouveautés allemandes, ils savent en tirer parti, et les bonifier. 

Du moins, c’est ce qu’un coup d’oeil attentif et quelques premiers tours de roue laissent clairement percevoir. Le temps et des essais plus poussés feront désormais le reste pour placer le résultat sur le marché, face à la concurrence… Mais les tickets pour jouer les premières places sont d’ores et déjà en poche. À très vite pour la suite !

Article lu 31 341 fois. Merci !