On s’intéresse aujourd’hui au Pivot Shuttle, le VTT électrique concocté par la “petite” marque (qui monte !) installée à Phoenix. Présentation et prise en main d’un vélo hors-norme, qui était passé jusque-là à la trappe dans le feu de l’action actualité VTTAE.Fr…


Temps de lecture estimé : 7 minutes


 

Au sommaire :

 

 

Un tournant pour Pivot

Connue et reconnue pour ses vélos, particulièrement ses versions en carbone, en bonne marque américaine pour “puristes” et amoureux de beau matos, on peut dire que Pivot a surpris son monde lorsqu’elle a présenté son Shuttle. Les pti copains de chez Yeti/Santa/Intense/Ibis, eux, n’ont pas (encore ?) bronché sur ce marché des VTT “branchés”.

On doit bien avouer que l’on ne l’a pas vu venir. Mais à l’image de ce que la marque sait faire, et lorsque Pivot fait quelque chose, elle le fait bien et sait se différencier, le Shuttle ne laisse que peu de place à l’approximationVers une nouvelle génération de VTTAE ?!

Modèle unique, 100% carbone, à motorisation Shimano Steps E8000 et batterie intégrée… Le Shuttle est un peu le VTTAE de tous les superlatifs : un poids record sous la barre symbolique des 20kg (en taille M), quatre vraies tailles pour satisfaire un large spectre d’utilisateurs (de 1,62m à 2m), une finition de haut vol, le tout au tarif unique et “stratosphérique” de 9999 euros. Tout rond.

Qu’est ce qui peut bien justifier un tel tarif ?! Eléments de réponse en statique et en action…

 

 

Pivot Shuttle – Navette spéciale…

Pivot Shuttle 2018

  • Destiné à l’usage All Mountain / Enduro
  • Roues en 27,5+, compatible 29
  • Entraxe arrière SuperBoost 157x12mm
  • 150/140mm, Fox Factory e-bike
  • Châssis full carbone
  • Reach de 465mm en taille L, offset normal
  • Motorisation Shimano Steps 8000, 500Wh

  • Roues Pivot/DT Swiss EB1550 40mm
  • Maxxis 27,5×2.8 Rekon 120Tpi SS
  • Shimano XT en 203/180mm
  • 1 modèle, 1 couleur, 4 tailles, 9999€
  • 19,95kg annoncés, M, sans pédales
  • Cadre garanti 10 ans
  • Disponible via le réseau Mohawks

De la douille de direction aux bases, en passant par le cache-batterie et la protection de moteur, la marque fait usage des fameuses “fibres noires”. Le résultat est aussi propre à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Le reste ? Des pièces en alu usinées CNC et montées sur roulements surdimensionnés pour articuler la cinématique DW-Link, chère à Pivot. L’ensemble offre 140mm à la roue arrière.

Pivot voulait un VTTAE qui ressemble à ses productions actuelles, sur le fond comme sur la forme. Pour ce faire, Pivot a choisi d’intégrer une batterie Shimano classique, plus légère, que l’on retrouve habituellement en externe.

Ce choix offre l’un des meilleurs compromis poids/compacité de l’architecture/rigidité. Mais c’est aussi et surtout sacrément coûteux et complexe à industrialiser. Le résultat est à la hauteur, bien loin des larges “poutres” diagonales de certains VTTAE en carbone. Le tube oblique est ajouré pour visualiser l’autonomie restante et accéder à la prise de chargement.

La batterie classique présente un intérêt supplémentaire pour les baroudeurs qui embarquent une seconde batterie… Bien que tomber la batterie nécessite un outil et quelques minutes de manipulation.

A l’examen des côtes, on s’aperçoit que le Shuttle est résolument moderne, avec le débattement d’un All Mountain et la “géo” des dernières montures d’Enduro : angle de direction pour engager (65,8°), empattement prononcé (1232mm en L), centre de gravité bas, bases contenues (437mm), avant long avec reach s’étalant à plus de 465mm en L… Prometteur !?

 

 

Journée Shuttle en Drôme provençale

Pour se faire un premier avis sur l’engin, le distributeur français Mohawks nous a concocté une virée d’une journée en Drôme provençale, entre Pierrelatte et Bollène, sur les sentiers du Barry.

Le programme est bien complet. Successivement on alterne des pédalages sablonneux, des descentes (typées spéciales d’Enduro) qui frappent avec quelques belles marches, des pédalages en dévers, ça tournicote et ça tricote également entre les arbres… Le tout agrémenté de points d’intérêts patrimoniaux : passages dans les carrières souterraines, maisons troglodytes. Un chouette coin à découvrir ! Place à l’action…

 

* Cliquer sur les onglets ci-dessous pour découvrir les propos spécifiques à chaque situation.

A cette occasion, j’ai opté pour un Shuttle en taille L, du haut de mes 1,79cm et 76cm de hauteur de selle. Avec une selle avancée quasiment au maximum, je retrouve mes repères habituels. Axe de pédale aligné dans l’axe de la rotule pour pédaler efficacement à bonne hauteur. La tige de selle télescopique Fox en 150mm autorise une grande liberté de mouvement une fois baissée.

Toutefois, ne prenez pas ça au pied de la lettre, j’aime les longs vélos… Mais au fil de mes récentes expériences, je dois bien avouer qu’en VTTAE, une monture trop longue peut se révéler compliquée à piloter en franchissements techniques et sinueux. Je pense que ça a mériterait donc de comparer avec un taille M. C’est aussi tout l’intérêt d’une marque telle que Pivot distribuée exclusivement via un réseau de revendeurs…

Dès le premier coup d’oeil, le vélo en jette, l’ensemble est harmonieux et respire la qualité. L’unique déco est clinquante, on comprendrait que cela soit même “trop” aux yeux de certains potentiels acheteurs.

Côté montage, seuls les pneus Maxxis Rekon 2.8, même renforcés, nous semblent hors-sujet sur un tel vélo. La bonne nouvelle est que désormais Pivot livre son Shuttle chaussé d’un Minion DHF à l’avant.

Dès les premiers hectomètres, sur du faux plat, le Shuttle se fait remarquer par sa vivacité et sa légèreté. Passé la limite des 25km/h, assistance coupée, le vélo est facile à emmener, comme peu de VTTAE.

Je roule majoritairement en mode intermédiaire Trail, configuration standard, sans possibilité de personnalisation à l’époque.

Bien posé sur le vélo, dès que cela devient plus escarpé en montée, le vélo est un allier. La suspension arrière du Shuttle est sensible et offre une motricité assez stupéfiante.

On se prend assez vite au jeu de remonter à l’envers certains tracés techniques que l’on vient de dévaler.

La colline du Barry regorge de petites zones techniques dans lesquelles mettre à l’épreuve le vélo.

Le vélo est précis, facile à placer et excelle dans les changements d’angle.

Le Shuttle avale les obstacles, encaisse en prenant tout le débattement arrière. J’ai vraiment la sensation d’avoir plus que 140mm. Pivot maîtrise son art et sait tirer parti des qualités de la cinématiques DW-Link, même en VTTAE.

Efficace, bluffant, sont mes premières pensées lorsque je lâche les freins et que la vitesse fuse sur un sentier défoncé. Le vélo en redemande et moi aussi !

Face à une telle opulence de carbone, on pourrait croire que le Shuttle ne se laisse pas facilement dompter. Qu’il n’est pas accessible. Qu’il ne pardonne pas. Étonnamment, avec une rigidité bien maîtrisée, le Shuttle est relativement facile à prendre en main. Bien aidé dans l’exercice par sa bonne paire de roues alu.

 

 

Qu’en penser ?

Le Pivot Shuttle est un sacré vélo, une vraie réussite. Il fait partie de ces rares vélos à assistance, l’unique en fait à y re-réfléchir, qui pourrait (dans mon cas personnel..!) me faire totalement oublier les joies et la complémentarité d’un VTT classique en usage All Mountain.

A placer donc dans le très haut du panier, si l’on omet la question du tarif. Car oui l’excellence a un prix, la preuve. Reste que le prix de l’excellence est tout de même salé… D’autant que lorsque l’on atteint les sommets et la somme de 10 000 euros, le montage doit être irréprochable, c’est quasiment le cas ici. En l’état, il pourrait tout de même sembler “perfectible” aux yeux de certains qui, à ce tarif, attendent une transmission XTR par exemple, ou des jantes en carbone.

Hâte en tous les cas de l’enfourcher à nouveau pour compléter cette première expérience sur des sentiers où l’on a de bonnes références…

D’ici-là, on poursuit les échanges en commentaires. Vous êtes propriétaire de ce beau joujou ? Faites nous part de vos retours d’expérience en commentaires… 😉

Article lu 5 969 fois. Merci !