Pour sa première participation en solo au redouté et redoutable Radon Epic Enduro 2019, Alex Rudeau a choisi le Levo. Il nous raconte pour VTTAE.fr sa course victorieuse sur les pentes des montagnes du Caroux…

 


Temps de lecture estimé : 8 minutes – Texte : Alex Rudeau – Photos : Velo Caroux/Alex Rudeau


 

 

Présentation

Je m’appelle Alex Rudeau, j’ai 22 ans et je suis originaire d’Ardèche. Je pratique le vélo depuis tout petit avec mes parents mais dès l’âge de 6 ans je me suis vite passionné pour le vélo Trial. J’ai enchaîné les podiums au niveau régional, national puis international avec deux médailles de bronze aux Championnats du Monde Junior en 2013 et 2014, une troisième place au Championnat d’Europe élite en 2015 et deux titres de Champions du monde par équipe en 2016 et 2017. J’ai également deux victoires sur les Championnats de France élite 20’” en 2016 et 2018.

J’ai commencé l’Enduro en 2018 en faisant uniquement le début de saison pour pouvoir me consacrer à mes objectifs Trial sur la fin de saison. J’ai été agréablement surpris de l’ambiance qu’il y a sur les compétitions et j’ai pris beaucoup de plaisir à rouler les deux Enduros Series de Raon l’étape et Val d’Allos. Ça m’a donné envie d’en faire plus en 2019. Et partageant ma vie avec Laura Charles (Championne de France de la discipline) ça a été vraiment facile de faire ce choix qui nous permet de vivre encore de beaux moments ensemble.

Professionnellement, je suis moniteur/entraîneur VTT. J’ai ma structure “B.Life” avec laquelle je propose des cours particuliers, du coaching d’athlète et des stages partout en France et pays limitrophes Et ça dans toutes les disciplines du VTT (Enduro / Trial / XC / DH). D’ailleurs, n’hésitez pas à me contacter pour plus de renseignements : b.lifecrew@gmail.com

 

 

L’Epic Enduro

J’ai eu une première expérience sur cet événement l’année dernière car j’accompagnais Laura, sur cette course qui me paraissait complètement dingue, ainsi que deux jeunes que j’entraîne, qui eux avaient eu un désistement dans leur équipe donc il m’avait demandé si je ne voulais pas la faire avec eux. C’était bien sûr un plaisir de pouvoir faire une boucle avec mes jeunes. Et cette année quand Laura m’a dit “je refais l’Epic”, j’avais énormément envie de le faire avec elle mais je ne savais pas si j’en étais capable physiquement… Donc je me suis dit, “tu fais la Coupe de France à Olargues et tu avises après”.

 

 

Ma préparation

Il faut savoir que j’ai travaillé tout l’hiver dans un magasin de location de ski à Super-Besse et qu’avec Laura, on est finalement monté sur nos vélos que le 16 mars (une semaine avant la Coupe de France)… Où on a passé le week-end à Millau avec le samedi une grosse journée de vélo (45km et 1500D+) et le dimanche des navettes avec Enduro Session pour trouver un peu de rythme en descente. Arrivé à la Coupe de France, les premières spéciales et liaisons s’enchaînent bien mais le contre coup du manque d’entraînement s’est fait sentir sur la dernière liaison et dernière spéciale du samedi… J’ai donc décidé d’aborder le dimanche différemment pour tenir toute la journée et ça a plutôt fonctionné. Mais le verdict de ce week-end là a été qu’il ne fallait pas que je m’engage sur l’Epic Enduro… Enfin pas en musculaire mais pourquoi pas en VTTAE !?

L’idée était lancée, je me suis inscrit, une semaine avant j’ai monté le vélo en mode “race” et j’ai fait deux trois sorties histoire de m’habituer à la machine qui ne se comporte pas exactement comme mon Stumpjumper habituel.

 

 

Côté équipement

Mon vélo est un Specialized Levo Comp alu 2019 sur lequel j’ai effectué quelques petites modifications :

  • Une fourche Sr Suntour Durolux en 160mm
  • Des pneus Specialized Butcher Black Diamond en 2.6 avec à l’intérieur des mousses Panzer (et oui dans le caroux il y a des cailloux)
  • Guidon coupé en 760mm
  • Deux batteries de 700Wh
  • Pour l’éclairage j’avais un Flux 900 de chez Specialized.
  • En protections, j’avais mon casque jet Ambush sur la première boucle (pour attacher la lumière) et mon casque intégral Dissident pour les boucles 2 et 3, j’avais aussi ma dorsale et mes genouillères Amplifi…
  • Ainsi que ma petite sacoche High Above pour mettre quelques barres céréales, des outils et le minimum de pharmacie.

 

 

La course

Boucle 1 : Le départ est lancé à 4h30 du matin, j’ai un peu de mal à me dire que ça y est, c’est parti mais bon, j’allume ma lampe, fais un bisou à Laura et pars tout seul devant les musculaires. La stratégie était de rentrer dans les premiers sur les spéciales de la boucle 1 pour ne pas avoir de bouchon. Ce qui a fonctionné car j’ai fais presque toute la montée seul en tête et j’ai pu entrer dans la spéciale 1 en “ouvreur” derrière Theo Galy bien sûr.

Les lumières sont éclairées, 3,2,1 c’est parti ! Un virage, puis deux virages puis trois virages s’enchaînent et paf j’ai ma selle qui s’accroche dans un arbre et je passe à deux doigts de faire un soleil… Bon ce n’est pas grave, je remets ma selle dans l’axe et c’est reparti à fond. Arrive la fameuse dalle et là c’est la pédale que j’accroche dans un caillou, bon bah là j’y ai le droit au soleil… La lampe du cintre par terre avec le bidon, j’essaye de la reclipser mais je m’aperçois que l’attache est cassée, tant pis je la mets dans la poche et je continue uniquement avec la lumière du casque. Il doit être environ 5h30 du matin et je suis déjà parterre, je crois que je n’étais pas vraiment réveillé donc je lève le pied pour finir cette spéciale sur mon vélo. Chose difficile avec les quelques gouttes de la nuit qui avait rendu la fin de spéciale vraiment glissante.

Liaison vers la SP2, deux collègues me rattrapent donc je reste avec eux mais on loupe l’entrée du petit chemin qui mène à la spéciale. C’est après avoir fait peut-être 1 ou 2km que nous croisons des bénévoles qui nous disent que la SP2 était plus bas… Donc demi tour et nous voilà enfin en haut de la SP2.

Une seule personne était passée devant nous, donc parfait je m’engage dans la spéciale. Elle était assez courte mais avec des parties raides et glissantes, autant vous dire qu’avec le VTTAE les freinages en glisse étaient bien sympas. Je me sentais bien sur le vélo, ça roulait plutôt vite et surtout j’étais enfin réveillé donc un régal.

SP3 : Je la connaissais déjà, elle était à la Coupe de France donc tout s’est bien passé.

Au ravito, je retrouve Laura qui roulé avec Antonin Bonnard et Adrien Bacchiocchi, et nous voilà partis ensemble sur la boucle 2. Boucle inédite, les spéciales sont magnifiques, des paysages et terrains différents de ce qu’on a l’habitude sur Olargues donc c’était top de découvrir ces nouveaux sentiers. Ça a roulé vite dans la terre meuble, avec des sauts à vue et des pierre rondes, juste un régal !

 

 

À la fin de la boucle 2, on a pris une grosse pluie battante jusqu’au paddock, ce n’était pas très agréable, on est vite allé se mettre à l’abri dans le camion pour se changer, se ravitailler avant de repartir sous la pluie sur la boucle 3.

4 spéciales sont au programme de cette ultime boucle. Elles sont toutes inconnues pour moi et c’est ce que j’aime vraiment sur ce genre de course, j’adore rouler des chemins nouveaux et différents.

 

 

La dernière spéciale, j’en avais beaucoup entendu parler, les fameux “Pylônes”. Il se dit beaucoup de choses sur cette spéciale mais en électrique c’était un régal. Je n’ai pas subi les grosses relances avec les franchissements de rochers. Il y avait des passages super techniques voir même trialisants donc j’étais dans mon élément et je me suis amusé tout le long. En plus, il y avait du public sur le bas, ça oblige à bien passer et rester concentré.

 

 

Après cette spéciale, c’était retour par la fameuse voie verte et l’arrivée sur le pont rouge qui fait plaisir, les copains étaient bien fatigués, moi j’en avais “plein le cul” d’être assis sur une selle mais sinon je serais bien reparti pour une quatrième boucle ahah !

À l’arrivée Laura est première, moi aussi. Je crois que l’on a fait une bonne journée, on est rentré au gîte (merci à Mme Azais pour son accueil) et on s’est écroulé sur le lit.

 

 

Pour finir, j’aimerai dire un grand BRAVO à toute l’organisation, ça représente un boulot énorme et ils le font super bien, bravo aussi à tous les participants (finishers ou non) et j’ai envie dire à l’année prochaine pour une expérience en “musculaire” ?!

J’en profite pour remercier toutes les personnes qui nous aident (Laura et moi) à commencer par le magasin Passion Velo Thiers, SPECIALIZED France, Sr Suntour, Dust On Trails avec les tenues Rocday, les protections Amplifi et les sacoches High Above, mais aussi Smith Optics, Slicy, Race Company (Muc Off) et Overstims. Ainsi que tous nos partenaires privés sans qui une saison ne serait pas possible.

A très vite sur les réseaux sociaux : Facebook / Instagram / Youtube.

Alex

Article lu 1 781 fois. Merci !