Il y a quelques semaines, en compagnie de Julien Absalon, nous avons eu l’opportunité de tester en avant-première la prochaine évolution 2021 du logiciel Bosch pour les vélos à assistance électrique. Alors que la mise à jour sera disponible pour tous dans le réseau des revendeurs à partir du mois de juillet 2020, une présentation et un premier ressenti sur le terrain de cette nouveauté Bosch 2021 devraient permettre à tous ceux qui roulent avec un moteur Performance Line CX 2020 de savoir à quoi s’attendre. Explications.

 


Temps de lecture estimé : 7 minutes  


 

 

Ce que l’on avait avant…

La version précédente du logiciel pour moteur Bosch Performance Line CX avait vécu une petite révolution en deux temps. La première, avec le lancement du mode eMTB et la seconde un peu plus tard, quand la possibilité de programmer cette assistance intuitive et progressive en fonction de la longueur des manivelles nous a été offerte. Car si l’eMTB a tout de suite fait l’unanimité auprès des e-mountain bikers qui roulaient Bosch (et de tous ceux qui avaient l’occasion de le tester), certains ont cependant regretté un léger manque de watts dans les portions au dénivelé positif peu prononcé…

C’est ainsi que l’option “manivelles courtes” est apparue, donnant aux petites jambes – au sens propre comme au figuré – la possibilité de bénéficier d’un peu plus d’assistance quand ça ne monte pas trop raide. Des options que l’on retrouve évidemment sur les moteurs Gen4, plus compacts et plus légers, que l’on a découverts sur les modèles millésimés 2020 et testés lors de l’essai comparatif des différentes motorisations.

 

 

Ce que l’on a maintenant !

Sur le papier, grâce à une mise à jour complète du logiciel, la marque allemande propose une belle évolution au niveau du couple afin de donner une puissance de traction plus importante, une amélioration du mode eMTB pour un meilleur flow et des performances encore plus intéressantes sur les sentiers techniques grâce à la fonction “Extended Boost”.

En clair, avec désormais 85Nm, le couple est plus important en eMTB et en Turbo, les modes Eco et Tour restant, eux, inchangés. Du coup, le eMTB, plus perfectionné, permet de bénéficier d’un comportement au démarrage plus sensible sur les terrains accidentés. Ensuite, grâce à un déclenchement de l’assistance plus rapide et un arrêt moins brusque, la fonction “Extended Boost” est censée offrir un meilleur confort de pilotage dans les passages difficiles et techniques. Ainsi, l’association entre le nouveau logiciel et les capteurs donne à l’unité motrice la possibilité de s’exprimer de manière encore plus optimale sur le terrain…

L’idée étant de disposer d’une accélération encore plus rapide, plus puissante, même à une faible cadence de pédalage. Avec 85Nm, les modes eMTB et Turbo devraient être encore plus souples et faciles à utiliser. Le but étant de donner la possibilité au e-biker confirmé de maîtriser plus facilement les situations imprévisibles sur une très grande plage de pédalage.

Pour les débutants, c’est aussi l’assurance de moins galérer lors des changements de braquets trop tardifs, avec une accélération plus sensible, un meilleur contrôle de la traction et un démarrage en côte beaucoup plus précis et facile, surtout à faible cadence de pédalage. Et comme le eMTB gère l’assistance en fonction de la pression que le pilote exerce sur les pédales, celui-ci s’adapte dorénavant encore mieux à tous les rythmes qu’on lui impose. D’où le nom d’Extended Flow

La mise à jour du logiciel pourra être installée par les revendeurs spécialisés dès cet été et intégrée à tous les VAE équipés de la motorisation Performance Line CX Gen4 2020.

 

 

Bosch 2021 – Le verdict du terrain

Pour Bosch, la coordination parfaite entre le logiciel et les différents capteurs rend superflu les réglages personnalisés – souvent complexes –des différentes caractéristiques. Dans les faits, on veut que l’utilisateur “bricole” un minimum. Et quand on voit les erreurs que font beaucoup de pratiquants sur les systèmes de la concurrence – en cherchant la petite bête au risque de se perdre – on peut comprendre le constructeur allemand ! A la place, Bosch préfère effectuer des mises à jour régulières de ses logiciels… Ça se défend.

Alors même si, personnellement, j’aurais apprécié de pouvoir modifier et augmenter légèrement le pourcentage d’assistance d’un moteur Bosch en mode Eco et de le passer au-dessus des 60 %, ce ne sera donc pas encore possible pour cette fois… Pas si grave.

Une fois la mise à jour effectuée par les Arnaud Viac et Guillaume Heinrich – du staff Bosch France – sur le Scott Genius eRide Tuned que j’ai en test longue durée (à retrouver d’ici la fin du mois de juillet sur VTTAE.fr), nous sommes partis sur les sentiers. Pour l’occasion, Julien Absalon, ambassadeur de luxe pour Bosch, nous avait rejoints chez moi pour une sortie de deux heures dans les belles collines qui bordent la vallée de l’Issole. Pour cela, j’avais bien évidemment pris soin de choisir un parcours technique adapté à l’essai de cette mise à jour.

Sur les conseils avisés de Guillaume, j’ai pu ainsi tester et vérifier en avant-première si les avantages exposés sur le papier avaient également du sens sur le terrain. Au départ, bien sûr, il faut s’y faire et trouver le feeling propre à cette mise à jour. D’abord, j’ai constaté que si le fameux pédalage naturel en mode eMTB n’avait guère évolué, il en allait tout autrement du Turbo. Beaucoup plus facile à maîtriser, plus coupleux, il est également bien plus agréable en danseuse et lorsque l’on utilise davantage les gros braquets. C’est donc clairement un atout pour les pratiquants de base et ceux qui découvrent le VTTAE et sont parfois impressionnés – ou tout du moins surpris – par une puissance trop violente. Dans les racines, les pierres roulantes et les marches, c’est évidemment un avantage. L’assurance de moins faire les petites erreurs qui obligent à mettre le pied à terre.

En ce qui concerne le mode eMTB, j’ai beaucoup apprécie l’Extended Boost, qui permet de rouler et piloter plus en douceur, avec un système qui réagit en une fraction de seconde et fournit la petite poussée nécessaire, le coup de boost justement, qui vous aide à franchir les différents obstacles que l’on trouve en tout-terrain. C’est notable dans le passage des marches, mais c’est encore plus appréciable lorsque le sol est jonché de rochers, de pierres ou de racines que l’on risque d’accrocher avec les pédales. L’Extended Boost aide ainsi vraiment à évoluer en douceur et avec une plus grande agilité dans les sections techniques où le pédalage en continu est difficile, voire impossible. Il est donc nettement plus facile de conserver ses manivelles à l’horizontal afin que les pédales ne viennent pas toucher le sol.

Quelques jours plus tard, je suis allé rouler exprès dans une montée très ravinée où l’on évolue dans une sorte de goulet qui se rétrécit et s’élargit régulièrement. Et là, j’ai réellement apprécié le fait de disposer de cette option qui relance le vélo d’un simple petit coup de pédale sec. De même, sur une autre montée bien raide avec de belles marches naturelles en escalier à franchir, j’ai vraiment senti que le moteur m’aidait différemment – en mieux, bien sûr – et me permettait de passer avec légèrement plus de facilité…

Alors c’est vrai que quand on a passé sa vie à piloter à l’enroulé, avec un pédalage le plus rond et le plus régulier possible, cela demande un petit temps d’adaptation… Mais une fois que l’on a pris le coup, ça facilite bien la vie du pilote qui cherche les parcours extrêmes… Tout en rendant service au randonneur sportif qui s’y retrouve aussi.

Et comme toute les innovations techniques, c’est à chaque fois que l’on en dispose plus que l’on s’aperçoit que cela vous manque. J’ai pu le vérifier à mes dépens quelques jours plus tard en allant rouler avec un autre vélo équipé en Bosch qui avait toujours l’ancien système.

Ajoutons enfin qu’avec cette nouvelle mise à jour, il est désormais possible de créer son propre affichage des données (uniquement sur la console Kiox…) en programmant jusqu’à 7 écrans différents qui vous donneront les informations que vous considérez comme les plus importantes. La taille des caractères qui communiquent le pourcentage d’autonomie restant, par exemple. Une bonne idée.

 

 

 

Conclusion

Plus une évolution qu’une “révolution”, la nouvelle programmation du logiciel Bosch pour les moteurs Performance Line CX 2020 est néanmoins intéressante. Elle va en tout cas dans le bon sens, avec toujours cette volonté chère à la marque allemande de fournir du matériel polyvalent et performant au plus grand nombre de pratiquants possible.

L’essayer, c’est l’adopter, en tout cas en ce qui me concerne… Et si jamais vous n’êtes pas convaincus, aucun problème. Vous pourrez toujours revenir à l’ancienne version !

 

Le site officiel Bosch > https://www.bosch-ebike.com/fr/

Article lu 16 552 fois. Merci !