8.5
8,5/10

Déjà connue pour ses freins, la marque TRP se lance aujourd’hui dans la commercialisation d’une transmission 12 vitesses haut de gamme. Après avoir développé un premier modèle dédié à la DH, c’est au tour de la version Enduro et VTTAE de débarquer sur le marché… Tribe Sport Group, le distributeur pour la France, nous a offert l’opportunité d’effectuer un test longue durée de cet ensemble manette/dérailleur G-Spec TR12, mais aussi des nouveaux freins DH-R Evo. Voilà ce que l’on en pense.

 


Temps de lecture : 5 minutes


 

Un nouveau concurrent pour Sram et Shimano ?

 

Transmission TRP G-Spec TR12

Fiche technique

  • Prix : 499 euros l’ensemble, 379 euros le dérailleur et 179 euros la manette
  • Poids : 290 g (dérailleur), 110 g (manette)
  • Matière : carbone et aluminium

  • Finitions : noir, doré, argent
  • Réglages : sensibilité de la chape, position du dérailleur par rapport au cadre et ajustement de la position de la manette au niveau du pouce
  • Lien : www.trpcycling.com

 

Est-ce pertinent ?

L’idée d’une transmission avec une manette et un dérailleur dont le design le rend compatible avec les différentes cassettes ou chaînes du marché n’est pas mauvaise en soi… Même si, dans les faits, c’est déjà un peu le cas et qu’il est possible de mixer du Sram et du Shimano sans rencontrer de problèmes particuliers.

Heureusement, ce n’est pas le seul atout de cette transmission 12 vitesses inspirée par le modèle DH7 développé en Coupe du Monde de Descente par Aaron Gwin et son mécanicien, John Hall. Ainsi, grâce au système Hall Lock, le corps du dérailleur est verrouillé sur la patte du cadre par un petit levier qui peut être soit bloqué, soit ouvert pour démonter la roue ou travailler sur le vélo.

Toujours dans un souci de rigidité et pour éviter au maximum les bruits parasites, il est possible de régler au choix la résistance de la chape en fonction du travail de la chaîne et du système de suspension.

Au guidon, la manette de dérailleur au fonctionnement plus linéaire limite les frictions et donne un passage des vitesses plus souple et plus naturel, avec un meilleur toucher et un grip plus important dans les passages où ça se secoue fort.

 

 

Qu’en est-il sur le terrain ?

J’avoue qu’au départ, il y a un petit travail d’adaptation à faire dans la façon de placer son pouce lors des changements de vitesse. On a parfois un peu de mal à trouver l’emplacement du shifter pour descendre les vitesses et l’ensemble est un peu ferme. Mais finalement, au bout de quelque temps, on s’habitue. Et ensuite, la précision dans la sélection vous fait rapidement oublier la rigidité supplémentaire de la manette.

Il est clair qu’avec la transmission G-Spec TR 12, on ne risque pas de changer de braquet par mégarde. Ce qui, au bout du compte, est plus un avantage qu’un inconvénient.

En plus, pour faciliter la sélection, la manette 11 clics bénéficie également d’un réglage d’angle qui offre la possibilité de s’adapter à la morphologie de chaque main. Précisons aussi qu’en donnant un grand coup de pouce, il est possible de monter jusqu’à 4 vitesses à la fois, alors que pour redescendre vers le bas de la cassette, cela s’effectue seulement pignon par pignon. Un bon compromis entre le Single Click de Sram pour l’eMTB et l’option identique aux manettes classiques que propose Shimano.

 

 

Est-ce utile ?

Sur un VTT à assistance électrique où la force supplémentaire du moteur met la transmission à rude épreuve, un dérailleur rigide, qui travaille parfaitement en ligne et possède une robustesse à toute épreuve est forcément un avantage et l’assurance d’éviter certains soucis. La précision, l’absence de jeu et la fermeté (dans le bon sens du terme) de l’ensemble ne peuvent donc qu’être bénéfiques pour une utilisation en VTTAE.

 

 

Quelle durée de vie ?

Trois mois, ce n’est pas assez pour donner un avis valable sur la durée de vie. En revanche, c’est suffisant pour se rendre compte que la transmission TRP tient sacrément le choc. Ceux qui – un peu comme moi – en ont marre des dérailleurs de type chewing-gum qui finissent par avoir la chape qui se tord rien qu’en changeant de vitesse quand le moteur et le pédalage sont à pleine charge, apprécieront de pouvoir faire l’échange standard avec un modèle de la trempe du G-Spec TR 12… Enfin un produit vraiment spécifique qui encaisse les contraintes supplémentaires provoquées par le surcroît de puissance lié à l’assistance électrique.

 

 

Ce qui peut progresser ?

Pour monter, régler et utiliser au mieux cette transmission TRP 12 vitesses, il est important de bien suivre les conseils de la marque. Ce n’est pas forcément compliqué, mais il y a un protocole à suivre qui n’est pas aussi basique que pour les autres modèles que l’on connaît. A ce titre, il est conseillé de se rendre sur le site de TRP et de lire sérieusement les indications… Une légère contrainte qui peut en agacer certains.

Et puis il y a le tarif élevé qui peut aussi en rebuter d’autres. Car lorsque l’on voit le prix d’une transmission Shimano SLX 12 vitesses Shadow + et la qualité de son fonctionnement, on se dit que TRP aurait peut-être intérêt à proposer une version supplémentaire un peu moins sophistiquée et plus abordable.

 

 

Vis-à-vis de la concurrence ?

Au niveau de la qualité, on est clairement sur du très haut de gamme, entre du Saint et du XTR et au-dessus de ce que propose Sram. Le TRP G-Spec TR 12 est donc un produit sophistiqué qui tient parfaitement son rang et supporte tout à fait la comparaison avec ce qui se fait de mieux sur le marché. Ceux qui aiment rouler avec des accessoires et des composants à la fois innovants et différents apprécieront.

 

 

Est-ce que ça les vaut ?

Oui, car le produit est technique, avec de nombreux avantages. Cependant, là où encore une fois cela devient plus compliqué, c’est que le tarif de l’ensemble est affiché autour de 500 euros. Soit environ plus du double qu’un Shimano XT, dont la réputation de robustesse et de bon fonctionnement n’est plus à faire. On a donc un peu de mal à trouver des arguments forts qui justifient une telle différence de prix, ce qui, par conséquent, peut briser l’élan du consommateur dans l’achat d’un ensemble TRP.

 

Points forts

+ Idéal pour le VTTAE

+ Nombreuses possibilités de réglages

+ Rigidité

+ Robustesse

+ Précision

Points faibles

Manettes un peu fermes

Prix élevé

 

Conclusion

Avec cette transmission haut de gamme technique et robuste, on ne s’attendait pas à trouver un produit bon marché. Mais de là à dépasser largement le prix du Shimano XTR… Alors bien sûr, il y a de nombreux atouts, comme la rigidité et la fiabilité, ce qui aide à faire avaler une facture un peu lourde.

Et puis honnêtement, cela fait du bien aussi de se retrouver face à un dérailleur parfaitement adapté à la pratique et aux contraintes du VTTAE.

Globalement, le TRP G-Spec TR 12 est donc une bonne surprise.

 

 


 

 

Freins TRP DH-R Evo

Fiche technique

  • Prix : 250 euros pièce
  • Poids : 310 g l’ensemble
  • Etriers : 4 pistons

  • Leviers : 2 doigts
  • Réglages : portée des leviers
  • Disques : 220, 203 et 180 mm (vendus séparément)
  • Lien : www.trpcycling.com

 

Est-ce pertinent ?

Bien sûr que ça l’est. Aujourd’hui, les VTT à assistance électrique ont atteint un tel niveau de performance sportive qu’il est indispensable de monter des composants adaptés. Partant du principe que les contraintes que l’on retrouve en compétition de Descente sont assez proches de celles que l’on rencontre sur un eBike, il n’est pas étonnant d’apprendre que le développement de ces nouveaux freins s’est aussi fait sur le circuit de Coupe du Monde.

Ainsi, c’est en cherchant à éviter les problèmes de surchauffe plus fréquents sur les VTTAE que les ingénieurs de chez TRP ont décidé d’utiliser des disques de 2,3 mm d’épaisseur au lieu de ceux en 1,8 que l’on retrouve la plupart du temps sur tous les mountain bikes. Puis, en 2019, les principaux teams de Descente utilisant les composants TRP (YT, Intense, Scott…) se sont retrouvés avec ces freins équipés de disques de 220, 203 ou même 180 mm de diamètre selon les cas de figure. Validés par les compétiteurs, Aaron Gwinn en tête, la production a été ensuite lancée…

Et finalement, cette année, la nouvelle ligne DH-R Evo 4 pistons est finalement commercialisée et distribuée en France par Tribe Sport Group.

 

 

Qu’en est-il sur le terrain ?

Je ne sais pas si les plaquettes avaient été préalablement rodées par les mécaniciens de chez Tribe ou pas, mais en tout cas, dès ma première incursion dans les chemins, le freinage s’est montré immédiatement efficace et puissant. L’ergonomie des leviers, assez proche de ce que l’on trouve chez Shimano, mais en un peu plus longs, m’a obligé à déplacer les colliers un petit peu plus vers le centre du guidon. Une fois habitué, j’ai trouvé le feeling excellent. Tout du moins avec mes mains qui sont plutôt grandes.

Peut-être est-ce le bras de levier légèrement plus important qui en est la cause, mais ce qui est certain, c’est que l’on “sent” un peu plus son freinage.

Surtout le dosage, en fait. Le point entre le côté progressif et celui où ça mord, où ça plante davantage, est vraiment plus sensible. Ceci permet donc de freiner de manière plus efficace, que l’on souhaite ralentir légèrement ou carrément tirer sur les leviers au moment souhaité.

J’ai aussi adoré la régularité dans le comportement des TRP DH-R Evo. Quels que soient la longueur de la descente et le degré d’inclinaison de la pente, le feeling à la poignée reste constant et c’est vraiment très appréciable.

De plus, quand il s’agit de s’engager dans des longues descentes de plus de 1000 m de dénivelé, celles qui séparent souvent les bons freins des médiocres, là, c’est pareil, j’ai été agréablement surpris par le comportement sans défaut des TRP. Avec le disque de 220 mm à l’avant et de 203 mm à l’arrière, du haut jusqu’en bas, ça marche vraiment sans aucune faiblesse et l’on ne se pose jamais la question de savoir si les freins vont répondre correctement ou pas. On sait qu’ils vont faire le boulot et que l’on peut se reposer sur eux. Sans craindre une garde mouvante, une puissance qui faiblit ou une quelconque surchauffe.

 

 

Est-ce utile ?

D’après TRP, les disques de 2,3 mm d’épaisseur montent moins en température (-8 %), mais ils sont aussi 50 % plus rigides latéralement, ce qui améliore la précision du freinage et la fiabilité du matériel. Alors évidemment, le poids de l’ensemble est plus élevé que celui de la concurrence, mais sur un VTTAE, personnellement, je ne pense pas que ce soit réellement un problème. En gros, si les DH-R Evo sont très puissants, ce ne sont pas des modèles de légèreté, avec sur les disques seulement, environ une petite cinquantaine de grammes supplémentaires par rapport à du 1,8 mm d’épaisseur… Mais finalement, si les performances et la fiabilité sont au rendez-vous, peu importe.

 

 

Quelle durée de vie ?

Même si nous n’avons pas testé ces freins sur une très longue période, une utilisation pendant presque trois mois d’été nous a permis de constater qu’il n’y avait pas eu de perte de puissance, ni aucune dégradation des performances de freinage. Le toucher est resté le même et jamais, durant ces quelques mois, nous n’avons été obligés d’effectuer la moindre purge. Le mordant, la puissance et la progressivité sont restés les mêmes tout au long de ce test, y compris sur les descentes typées Enduro de plus de 10 minutes d’affilée. Aucune faiblesse à signaler de ce côté-là. Je regrette juste de ne pas avoir eu l’opportunité de me rendre compte de l’efficacité de ces freins dans la boue ou sous la pluie…

 

 

Ce qui peut progresser ?

Au niveau des performances, les TRP DH-R Evo n’ont rien à envier aux modèles spécifiques de chez Shimano ou Sram… Ils sont même parfois au-dessus en termes de feeling et d’endurance. En revanche, c’est du côté du prix qu’il y aurait certainement moyen de faire des progrès en essayant de baisser légèrement la facture.

 

 

Vis-à-vis de la concurrence ?

Avec le TRP DH-R Evo, on est sur la même ligne de performance que les freins Sram Code ou les Shimano Saint. Après, si l’on fait abstraction de l’habitude que l’on peut avoir de ces produits plus courants à force de les utiliser, le DH-R Evo est clairement au niveau des marques citées plus haut. On peut même dire qu’il les dépasse sur certains points… Comme la régularité dans le toucher, la puissance et la fiabilité. L’absence d’entretien ou de besoin de purge, aussi. En trois mois, je n’ai absolument rien touché et même l’usure des plaquettes s’est montrée plus que raisonnable. Ce n’est pas le cas pour toutes les marques et cela peut aider tous ceux qui recherchent une paire de freins sans soucis à accepter le tarif un peu plus élevé.

 

 

Est-ce que ça les vaut ?

C’est un peu là que le bât blesse… Certes, on a affaire à du très haut de gamme, mais ce n’est pas la seule marque à offrir ce genre de produit. Pourtant, si l’on parle d’innovation et de performance, force est de constater que là, on est peut-être un poil au-dessus de la concurrence. En tout cas, avec le choix des différents diamètres de disques et les innovations proposées, si l’on met de côté l’aspect financier, le produit vaut quand même sacrément le coup.

 

Points forts

+ Innovants

+ Performants

+ Progressifs

+ Fiables

+ Ergonomiques

Points faibles

Prix

Leviers un peu longs pour les petites mains

 

Conclusion

Pour tous ceux qui souhaitent un freinage performant, puissant, régulier, sans soucis et parfaitement adapté au VTTAE, les TRP DH-R Evo sont carrément irréprochables. Niveau fiabilité, sur notre expérience, on frôle le sans-faute. En revanche, c’est du côté du prix que l’on mettra un petit bémol. En effet, pour une marque qui se lance dans le haut de gamme, n’aurait-il pas été plus judicieux de proposer d’abord un produit tout aussi abouti, mais un peu plus concurrentiel au niveau du prix ?

Pour le reste, le test s’est révélé plus que positif !

Note finale
Pertinent ?
10
Pratique ?
9.5
Utile ?
9
Durable ?
9.5
Abouti ?
9
Concurrentiel ?
7.5
Bon marché ?
5
8.5
8,5/10

Article lu 3 004 fois. Merci !